Accueil > Critiques > 2017

Grizzly Bear - Painted Ruins

jeudi 14 septembre 2017, par marc


Il ne faut pas banaliser l’excellence. Parce qu’elle reste l’exception. Pourtant, certaines formations en ont fait leur fonds de commerce, à un tel point qu’on ne se surprend même plus à adorer album après album après album. Painted Ruins est ainsi devenu un des albums les plus attendus de l’année tant le groupe nous avait habitués à de très bonnes choses. Leur brevet d’invincibilité ne sera pas écorné cette-fois-ci même s’il faudra plus de temps pour s’en imprégner et si l’évidence lumineuse se remarque dans des détails plus que dans l’ensemble.

Quand les mots ne sont plus suffisants pour l’analyse, on se rabat sur une métaphore plus ou moins poussée. Le plaisir d’un jardin labyrinthe est celui de la balade sans but précis, pas l’énervement de ne pas trouver la sortie. Et dans ce labyrinthe-ci, il faut avouer qu’on a pris du plaisir. On est parfois en peine d’expliquer ce qu’on y a vu précisément, il semble que toutes les visites étaient presque identiques mais pas vraiment. Chaque tour nous a fait découvrir des coins nouveaux ou pas du tout, et le paysage semblait se déplacer avec nous. D’ailleurs, on retrouve cette comparaison sur Losing All Senses

But it’s a maze and there’s nothing to be found
It just leads me away from my end goal

Mourning Sound et sa basse presque curesque était déjà connu et fait toujours son petit effet. La mélodie est plus identifiable surtout. Parce que les lignes mélodies sont toujours tortueuses mais ne sont jamais des prétextes à démonstrations vocales. L’album commence ainsi par un morceau qui n’est pas le plus limpide mais qui nous permet de reprendre contact avec eux.

Pour certains albums, il faudrait pouvoir évaluer un ratio écoute/commentaires. Parce que dans ce cas-ci, les écoutes sont vraiment nombreuses et les commentaires peu nombreux. Mais les écoutes peuvent se multiplier sans problème, permettant de noter ce qui nous plait le plus. On constate aussi un léger creux en milieu d’album avant de retrouver les moments les plus saignants. Three Rings monte bien haut, avec des strates qui s’enroulent en spirales, ce discret roulement, la mélodie de Neighbors est mélancolique à souhait et ils nous gratifient de passages vraiment puissants (Cut-Out) ou de magnifiques zébrures d’éclairs (forcément) électriques sur Sky Took Hold.

Certes, on ne sera pas long à décrire le plaisir d’écoute procuré par ce Painted Ruins, il n’en reste pas moins que la formation garde son style, ses qualités et ne semble jamais perdre son inspiration.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Grizzly Bear - Painted Ruins 23 septembre 2017 22:11, par Pierre

    Bonjour,

    Je vous trouve un peu dur (dans la notation) car cet album n’a que le défaut d’arriver après Shields qui était excellent.
    Certes, il n’y a pas de grandes envolées comme dans Veckatimest, mais aucun morceau n’est réellement à jeter, ce qui n’est pas toujours le cas avec les albums de Grizzly Bear.
    Il y a ce même souci du détail dans chaque titre qui est comme vous le disiez un peu plus long à révéler que dans les précédents opus.
    J’ai hâte de les voir en Octobre à Paris avec un peu d’inquiétude malgré tout car je ne sais pas ce qu’ils donnent sur scène.
    Merci pour cette chronique,

    repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)