Accueil > Critiques > 2017

B-Boys - Dada

vendredi 6 octobre 2017, par Mathusalem


Hé oui, ça date déjà de mai (Mais si, souvenez-vous, c’était ici) et depuis on s’est intéressé à plein d’autres choses, sans trop savoir que dire de Dada, l’album.
Peut-être aurions-nous dû prétexter que l’énergie incandescente dégagée par le disque nous avait empêché d’y toucher tout de suite et qu’on attendait tout bêtement que la casserole refroidisse ?

Peut-être aussi aurait-on dû, comme la plupart des sites de Reviews, vous parler des innombrables références qui suintent abondamment des pores de tous les titres (The Fall, Gang of Four, et surtout Wire aux temps bénis de la trilogie mythique ; de plus, comme on est dans le pluri-générationnel, on n’oubliera pas de pointer du doigt des allusions appuyées à des formations contemporaines comme Parquet Courts et autres Protomartyr, tout en étant conscient du fait que ceux-ci fouillent à l’excavatrice dans les gisements abandonnés par les premiers exploitants cités).

Mais peut-être est-il plus sage encore d’arrêter de vouloir compartimenter à tout-va… Après tout, cet article n’a aucune vocation taxonomique et les jeunes gars de B Boys doivent se soucier comme d’une guigne de toute tentative de classification de leurs ritournelles.

Franchement, des fois, il faut savoir se taire, éviter d’intellectualiser. Après tout, on a encore le droit de prendre son pied sans trop réfléchir. On croit plutôt qu’on devrait juste se borner à dire « One... Two… Three … Four… » en tournant fermement le bouton de volume dans le sens inverse de celui habituellement dévolu à l’ouverture d’une boîte de haricots sauce tomate. Parce que, en fin de compte, le Rock, c’est ça, juste ça, rien que ça. De plus, il est très bien ce Dada.


Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)