Accueil > Critiques > 2017

Destroyer - Ken

vendredi 15 décembre 2017, par marc


On ne va pas se mentir, si l’univers de Destroyer intrigue tout de suite, il est tout-à-fait possible qu’une période d’acclimatation soit nécessaire pour en discerner tous les charmes. Et même une fois la porte passée, elle peut se refermer derrière vous. Ce n’est pas le moindre des charmes de l’artiste de Vancouver. Dans notre cas, ce fut le plus ‘rock classique’ Trouble In Dreams qui nous a rapprochés et convaincus. Et puis alors que Kaputt nous avait laissé plutôt froids, son successeur fut tout simplement l’album préféré de 2015. Ce n’est qu’une constatation, mais qui met en lumière l’énorme part de subjectivité qui prévaut quand on se targue de commenter des albums.

Ce Ken ne renoue pas vraiment pas avec la veine années ’80 de Kaputt mais garde quelques marqueurs de l’époque. Pas de saxophone cette fois-ci mais les synthétiseurs font un retour remarqué et leur sons sont volontairement connotés, choix assumé mais pouvant aussi étonner, sachez-le. On pense notamment aux sons de The Cure période Disintegration sur In The Morning. Lequel se profile sans doute comme le meilleur morceau de l’album parce qu’il garde une densité assez prenante avec un son de batterie assez sec.

On reste un peu intimidé par l’aspect impénétrable des textes comme toujours, ses images osées, son sens de la formule et de la répétition. I was a dreamer/Watch me leave répète-il sur Tinseltown Swimming In Blood, grand morceau aussi, parce qu’on y sent une profondeur. Mais le charme est aussi ailleurs. C’est très manifeste sur scène, mais ses musiciens sont tous très très doués. On le discerne ici quand tout se fait plus dense, Quand un solo de guitare se matérialise dans La Règle Du Jeu par exemple.

On peut ainsi distinguer un sens de la mélodie que le ton de sa voix n’atténue même pas, pouvant passer du tragique à l’enjoué (Cover From The Sun). Album après album, on le sent mieux à même de moduler l’intensité de ce qu’il raconte en fonction de ce qu’il raconte, en faisant un interprète un peu étrange, certes mais indéniablement efficace et concerné.

On le voit, il y a beaucoup de choses à aimer sur ce Ken. Et comme on a mis un peu de temps à formuler un avis, les écoutes se sont empilées et se sont révélées bien gratifiantes. Moins uniformément brillant que Poison Season, il n’en montre pas moins à quel point Dan Bejar est un artiste précieux, capable d’accommoder son style très marqué avec bien des genres sans se dénaturer.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)