Accueil > Critiques > 2018

Ella/Foy - Walking In The Space

jeudi 26 juillet 2018, par marc


A l’instar du chanteur des excellents Pépitedont la voix peut malheureusement rappeler celle de Jean-Louis Aubert, j’avoue m’être surpris à penser que celle de la chanteuse Hélène (non, pas celle de la sitcom…) est proche de celle de Zaz. Mais si cette dernière me donne l’envie d’organiser sa rencontre avec une pelle à neige, ce qu’on entend ici s’en éloigne sensiblement. Fort heureusement d’ailleurs parce que cette voix tient les avant-postes. Avec accent raisonnablement frenchy et une voix plutôt groove qui sait prendre ses aises dans ces atours, elle sait capter l’attention tout au long du premier album du duo français.

On retrouve aussi avec plaisir l’emploi de leur langue maternelle et cette variété est bienvenue. Il y a surtout ces Envolées Sauvages qui sont la carte de visite de ce premier album (après 3 EP), notamment grâce à ce très beau clip qui sert de publicité pour le festival du film d’aventures de La Rochelle.

Musicalement parlant, tout ceci reste assez simple et direct, éloigné de tout ostentatoire et esbroufe. Mais cette base se voit souvent renforcée, par un peu d’orgue (Rock In My Shoes) ou d’harmonica. C’est celui de Bruno Tredjeu et le résultat est proche de ce qu’on apprécie chez Moriarty. Pour le reste, ils leur faut peu de chose pour être à la fois groove et acoustique (How Would It Be, Red) et on constate soit un bien bel engagement (I Don’t Wanna Work) soit une prenante intimité (Last Goodbye). Donc ce premier album imprégné de voyage se révèle de plus en plus attachant au fil des écoutes.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)