Accueil > Critiques > 2005

Fischerspooner : Odyssey

mercredi 16 août 2006, par marc


On avait aimé le premier album, comportant un désormais classique des dancefloors, des morceaux apaisés et un superbe crescendo. Leurs copains de Scissors sisters ayant cartonné et remis New-York sur la carte de l’underground accessible, ils se devaient de répliquer avec justesse
Première satisfaction, les riffs new-oderiens (qui sévissent aussi sur le plus fade We need a war) de Just let go frappent bien où il faut.

Puis il faut attendre A kick in the teeth (qui reprend pas mal de gimmicks reconnaissables du premier opus) pour avoir une seconde raison de se réjouir avec ses (trop) jolies harmonies vocales et ces envolées de batterie synthétique bien convenues. On n’a que le bien qu’on se donne... Un petit sursaut sur Happy et puis, voilà, le meilleur est là.

Pour les plus nostalgiques, Ritz 107 évoque le Shouldn’t have done that de Depeche mode et All we are le A forest de The Cure. Tout ça ne nous rajeunit pas...

Quoiqu’il en soit, cet album plaira à ceux qui ont apprécié le dernier Daan. Plus pop, plus mélodique, plus immédiat, moins intéressant, voici le Fisherspooner nouveau (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)