Accueil > Critiques > 2018

Brisa Roché - Father

jeudi 30 août 2018, par marc


On n’avait plus parlé de la Californienne de naissance depuis de longues années. On l’avait laissé dans un mood assez indie pop rétro (ce sont les mots de Paulo à l’époque) et on la retrouve bien à son avantage sur un album très personnel qui tend à prouver que son parcours de vie est aussi peu linéaire que sa discographie.

La liste des albums basés sur l’absence d’un être aimé est infinie. Et chaque artiste a son histoire et chacun de ces albums est différent. On ne peut pas facilement rapprocher Carrie et Lowell de Sufjan Stevens de Skeleton de Nick Cave si ce n’est une impressionnante beauté. Laquelle peut aussi mettre mal à l’aise. J’ai en effet eu un peu de mal avec les trop frontales œuvres de Mount Eerie qui parlait du décès de son épouse.

On ne trouvera pas cette tendance impudique sur le sixième album de Brisa Roché et si l’évocation de son père fantasque et décédé quand elle avait 16 ans (three times my sixteen was your fourty-eight glisse-t-elle sur le logiquement nommé 48) reste prenante, elle bénéficie d’assez de recul. Moins intime certainement mais pas mois personnelle, cette expérience touche évidemment à l’universel.

C’est évidemment la voix de Brisa Roché qui frappe d’emblée et on peut dire qu’elle convient vraiment à sa nouvelle inclination folk. On ne parle cependant pas de musique de feu de camp, notamment parce que la production est confiée à un certain John Parish. Ce qu’on pourrait deviner dans la production directe d’un morceau comme Fuck My Love sur lequel il ne faudra pas beaucoup se forcer pour trouver des traces de P.J. Harvey (Parish avait produit son fantastique To Bring You My Love). Pour le reste, cette mise en musique assure un très bel équilibre avec la voix parfois étrange en dosant les effets.

On peut penser à Marissa Nadler sur le plus acoustique Cypress. Et même quand il y a un peu de guitare dans le fond, on n’est pas trop loin de la manière récente d’une Nadler décidément chère à nos cœurs. Sa voix finalement peut se révéler assez poignante sur Can’t Control qui reçoit un judicieux renfort de violon et de feedback. Vous aurez compris que ça peut être bien beau (Patience), avec une belle mélodie (Engine Off) ou un mid-tempo qui se gorge d’intensité sur Black Mane avec quelques prises d’intensité (pensez aux bons moments de First Aid Kit). La douceur domine sur Holy Badness, à peine modérée par ce brin de guitare distordue dans le fond. Notons que Nick Zinner des Yeah Yeah Yeah’s est venu prêter main forte.

Ce n’est pas le premier revirement de style pour Brisa Roché. Mais si on ignore ce qu’elle a fait auparavant, on se dit que cette mouture-ci lui convient particulièrement. La conjonction d’un sujet très personnel, de sa voix particulière et d’une production tout-à-fait en phase de John Parish en font le sommet indéniable de sa discographie.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)