Accueil > Musique > 2018 > Piles - Una Volta

Piles - Una Volta

lundi 19 novembre 2018, par Marc


Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us mais c’est une archive historique, pas un talent extérieur. Mais il y a par contre un fascinant livret qui tente d’établir visuellement l’équivalent rythmique de la musique.

La batterie seule peut se révéler compliquée pour les nerfs. On pense à l’irritante musique du par ailleurs brillant Birdman de Cuaron. Mais l’effet ici est plus hypnotique, spécialement sur le justement intitulé Kraut and Piles. La patiente constructions induit une tension assez irrésistible et c’est peut-être un des morceaux les plus addictifs de l’année.

Il faut attendre Mort Aux Cons (‘vaste programme’ disait le Général) pour entendre un peu de guitare mais n’allez pas déduire que c’est un album de cogneurs. L’introduction de Materials In Us est tout en retenue, dronesque presque. Il y a le même jeu sur les atmosphères sur Marie. On retrouve le même côté joueur et les structures en cymbales denses que sur des plages de l’antique Ummagumma de Pink Floyd.

On ne va pas faire semblant que tout amateur de variété peut écouter ceci au réveil mais ceci n’est expérimental que parce que le groupe est formé de trois batteurs, pas parce que le résultat est déconcertant. Ceux qui s’y plongeront auront leur dose de rythme, de secousses et de transe. De quoi satisfaire une légitime curiosité donc.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)

  • Séance de rattrapage n°7 - Atmosphérique

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Cette semaine, voici dix albums pour se balader dans le pur éther, entre pop atmosphérique et errements progressifs, pour décrocher la lune et plus si affinités.
    Braids – Native Speaker Qu’attendre d’un groupe qui s’est affublé du nom (...)