Accueil > Musique > 2019 > Deerhunter - Why Hasn’t Everything Already Disappeared ?

Deerhunter - Why Hasn’t Everything Already Disappeared ?

vendredi 18 janvier 2019, par Marc


Quels sont les artistes les plus influents et décisifs de l’époque ? La liste dépendra de chacun mais il sera compliqué de faire l’impasse sur Bradford Cox. La qualité jamais prise en défaut de ses sorties et leur versatilité forcent en tous cas le respect. En effet, bien malin qui pourra prévoir ses évolutions.

On se rappelle que le contact s’était fait via un mélange savant de post-punk et de dream-pop fiévreuse. C’était il y a déjà dix ans. Et puis on a eu droit aussi à des albums qui suintaient l’huile de moteur. L’opposé donc de la dernière tendance plus aéré et fluide. Pourtant on distingue une ligne. Fusionner des styles est une vieille idée, et garder son style et sa personnalité tout en évoluant est peut-être la plus admirable réalisation de Bradford Cox.

Plus d’artifices, c’est une écriture directe et sans effets qu’on entend d’emblée sur Death In Midsummer. Pas toujours très riches en émotion de prime abord mais attachants, les albums de Deerhunter ont toujours une maîtrise et une variété qui marquent. Il y a ce je-ne-sais quoi de relâchement dans le son qui crée le décalage. Element est un morceau de Deerhunter pur jus dans son traitement. D’ailleurs, quand le ton est plus doux, il est compliqué de distinguer Deerhunter d’Atlas Sounds, l’autre projet de Cox.

Il y a tellement de choses dedans que garder la légèreté est une performance en soi. Notons la collaboration de Cate Le Bon qui a visiblement apporté des éléments sonores et dirigé l’inspiration. Notons par exemple les intrusions japonisantes du plus ouvertement psychédélique Détournement, comme si Animal Collective faisait de la pop sixties.

On retrouvera aussi quelques instrumentaux synthétiques comme Greenpoint Gothic ou Tarnung du au guitariste du groupe (Lockett Pundt) mais plus que des pauses, ils se fondent dans l’album comme ceux de Low ou Heroes à l’époque. Si on sort mollement les paillettes sur Plains, comme Of Montreal en vacances, l’accessibilité réserve quelques variations et on ne peut que constater que What Happens To People ? est simplement un grand morceau pop limpide.

Même si on aime savoir comment une musique s’élabore, comment elle prend forme, on est aussi très contents de s’attarder sur le résultat seul, surtout pour les plus doués. Grizzly Bear ou Deerhunter arrivent à être si personnels dans leurs résultats qu’on n’a même plus envie de savoir comment ils font. Toujours un peu froide dans sa perfection malgré un aspect détendu indéniable, la musique de Deerhunter constitue tout simplement une des meilleures discographies de notre époque. Cet album dont le nom est celui d’un ouvrage de Baudrillard est sans doute ce qu’ils ont fait de plus accessible, en faisant sans doute une excellente introduction pour le curieux non encore au fait.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)