Accueil > Musique > 2019 > Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

mercredi 3 avril 2019, par Fred, Marc


Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.

Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins à l’affut. Et sans doute que c’est la meilleure façon de rester perméable à l’idée d’une bonne surprise à l’écoute d’un album.

On voit toutefois que le groupe a conservé une base de fans bien large, très réceptive à la moindre occasion de raviver la flamme. Et tant qu’à afficher ses affinités électives, autant le faire pour la formation anglaise.

Mais bon, il serait presque temps de parler de musique. Comme souvent chez eux, on commence par une introduction plutôt éthérée. C’est une marque de fabrique, c’est comme ça. On attendra donc le troisième morceau pour avoir droit à un peu plus de gniaque sur White Onions. C’est le morceau qui encapsule le mieux leur évolution, mêlant leur math-pop du début et la distorsion qu’ils ont adoptée par après (Inhaler).

Ils savent aussi toujours faire des morceaux qui donnent envie de bouger, avec un gros groove décomplexé, et un brin d’electronique, (In Degrees). C’est puissant, efficace mais manque du petit supplément de nerf ou de sueur douteuse qui fait le sel des grands LCD Soundsystem ou The Rapture. Il faut toute leur maestria pour instiller toute cette densité sur le tempo lourd d’un Syrups qui aurait tout aussi bien pu s’enliser sur la longueur, mais fini ici en apothéose. Les percussions syncopées sur Cafe d’Athens, complexe agencement de ce qui pourrait apparaître au première comme l’apposition de morceaux différents, nous rappelle le pédigrée math-rock.

On épinglera encore On the Luna dans laquelle des synthés rafraîchissent l’instrumentation et dont la section rythmique toujours autant sur la balle rend ce morceau immédiat.

On sent heureusement toujours une volonté de se jouer de nos attentes, avec la progression d’accords au piano prévisible mais écourtée sur l’intro d’Exits ; avec Moonlights qu’on souhaiterait voir partir en supernova electro mais qui ne vient pourtant jamais ou encore avec Sunday qui ne fait guère que prétendre à un assagissement passager, pour en faire le tremplin pour une fin de morceau épique qui pour le coup évoque moins le post-punk que la fièvre d’Underworld. Les trois premières minutes empêchent l’utilisation en dancefloor sans doute mais on aime ces morceaux qui progressent et explosent.

Globalement, le séquencement est comme toujours très étudié, faisant monter la sauce (ou attendre que ça commence vraiment, question de point de vue). (Ce qui pose la question pour la seconde partie. Aura-t-on droit à un nouvel échauffement ?)

Mais il n’y aura pas de frustration à la fin de l’album. On est certes curieux d’entendre la suite mais l’album tient tout seul en l’état. Si cet album n’est pas de la race de ceux qu’on garde pour toujours (comme Antidotes), il est de ceux qu’on chérit pendant un temps parce qu’on les écoute beaucoup. Si aucun frisson ne vient jamais parcourir l’échine, il maintient le sourire, le niveau et l’affection qu’on a gardée pour la formation anglaise.

On se dit qu’on aurait aimé ne pas connaitre le premier album pour mieux apprécier les autres. Mais si on avait fait connaissance avec Total Life Forever, on en serait peut-être restés là. A la relecture des articles précédents tout de même étalés sur plus de dix ans, on constate aussi qu’on raconte toujours un peu la même chose. Et on constate aussi que leur début hors d’atteinte mis à part, ils sont finalement sur une pente ascendante qui nous fera attendre le second volet de ceci prévu cette année avec une tension accrue.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)

  • Wire - Nocturnal Koreans

    “L’album WIRE était en phase avec la mentalité du groupe, Nocturnals Koreans l’est moins, ou, plus précisément, c’est l’état d’esprit du groupe qui est moins en phase avec l’album. La règle du jeu ayant été pour ce disque de ne se fixer aucune limite en matière de triche sonore, si cela pouvait le faire sonner mieux.” (Colin Newman, avril 2016)
    Bon, autant vous l’écrire de suite, ce court album est une excellente surprise. Déjà par le côté cocasse et nonsense du titre, nonsense qu’ils maîtrisent (...)