Accueil > Musique > 2019 > Fat White Family - Serfs Up !

Fat White Family - Serfs Up !

lundi 13 mai 2019, par Marc


On le confesse, on a toujours un petit faible pour le mauvais esprit. C’est pourquoi on ne comprend pas comment cette Fat White Family ne s’était pas frayé un chemin jusqu’à nous. Les présentations ne prendront pas beaucoup de temps, le premier morceau montre une vraie belle grande ampleur. J’ai pu lire qu’on présentait ça comme le chaînon manquant entre Moby et l’Arcade Fire de Reflektor. Le spectre est large donc. Mais vous pourrez aussi penser à Of Montreal ne poursuivait qu’une idée à la fois (Vagina Dentata) ou les tendances synthétiques d’Islands.

L’écho sur la voix d’I Believe In Something rappelle de bien vieilles choses post-punk (Wire, ce genre…), avant de continuer comme si de rien n’était dans les traces d’un Xiu Xiu. Cela dit, cet album est à l’antipode du terrorisme sonore et joue sur l’intensité et la densité sonore. Même le Kim’s Sunset peut basculer dans une lourdeur bienvenue. Parfois aussi, c’est une grosse basse qui s’en charge sur Fringe Runner.

Quand on voit à quel point les clips sont, heu… particuliers, cette solidité propose un bien pertinent contrepoint à cet album visiblement narquois mais aéré et aux textes bruts (Bobby’s Boyfriend). Mais ce qui retient l’attention, ce sont les gros morceaux. Au rayon des réussites on pourra aussi bien mentionner le gros glam bien saignant de Tastes Good With Money que le très joli Oh Sebastian, sorte de lamento doux sur couche de cordes synthétiques pour lequel on pense plus à des choses comme Cloud Cult. Et puis il y a en sus du premier morceau un autre énorme moment qui s’appelle Rock Fishes et sa grosse dose de mélancolie tenace et lancinante.

Serfs Up ! est donc un bon album de pop synthétique et dense, une de nos découvertes du printemps, qui grandit au fil des écoutes. Excitante dans la forme et un chouïa subversive dans le fond, la musique de Fat White Family est une petite capsule revigorante de mauvais esprit dense.

Ca s’écoute ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)