Accueil > Critiques > 2019

Bat for Lashes - Lost Girls

vendredi 20 septembre 2019, par marc


Quand on voit le nombre d’artistes chez lesquelles on décèle une trace d’influences de Natasha Kahn, on peut montrer qu’au delà de l’impact sur son public, Bat For Lashes est important dans notre époque. N’étant pas artiste, on peut aussi dire qu’elle a su avoir une place particulière dans nos coeurs d’auditeurs. Il a fallu souvent aller chercher ses albums au fil des écoutes mais la gratification est toujours au rendez-vous. Ce sera encore le cas avec son cinquième album.

Il semble moins conceptuel en apparence mais on parle tout de même d’un personnage (Nikki Pink) et de son gang de motardes dans un Los Angeles fantasmé. Les sons sont un peu froids et synthétiques, très inspirés des années ‘80 sans la teneur nostalgique (on n’en est pas loin sur Jasmine). Ce n’est pas si éloigné de ses dernières productions, il est bien plus mis en avant ici et les histoires qui semblent sorties d’une vieille VHS, ce qui permet de mettre en adéquation fond et forme.

On entendra donc à la fois des sons très réminiscents de The Cure et du saxophone sur l’instrumental Vampires. Avec l’intensité de sa voix, c’est un mélange qui marche et évite tout pathos (lequel était plus présent sur The Bride) mais le prix à payer est une distance, un son froid très référencé qui pourra rebuter ceux qui la découvrent (pour peu que ça existe encore). L’aspect un rien lisse (So Good) impose d’approfondir un peu avant mais on sait qu’on va percer la cellophane et c’est exactement ce que fait le très prenant The Hunger.

Elle a une façon bien à elle d’apporter un peu de pesanteur à Desert Man ou faire de ce Jasmine un aussi grand morceau. On apprécie aussi les bonnes percussions synthétiques de Feel For You, morceau vraiment très connoté dans son genre mais indéniablement réussi. Et il y a même des choses plus dépouillées, laissant plus de place pour la voix et la mélodie (Mountain). Il est probable qu’on n’aille pas voir en concert à quel point ces morceaux peuvent être touchants mais il ce ne sera pas nécessaire pour apprécier cet album qui augmente avec les écoutes, comme à chaque fois avec Natasha.

Impeccable, c’est sans surprise le verdict de ce cinquième album de Natasha Kahn. Si on n’est parfois pas loin de la pastiche, cette inclination eighties lui va bien au teint et elle arrive par son intensité habituelle à faire percer l’émotion sous la lisse enveloppe.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)