Accueil > Critiques > 2019

Angel Olsen - All Mirrors

lundi 4 novembre 2019, par marc


Le nombre de belles choses est presque décourageant, surtout quand on veut considérer que notre temps est limité. Si c’est la première fois qu’on vous parle d’Angel Olsen, on connaissait et appréciait copieusement la chanteuse américaine, qui arrivait à faire la synthèse d’une perfection folk et d’une certaines idées des sixties.

D’emblée, le changement de cap est assez marqué. Enfin, non pas du côté de l’inspiration, mais l’ampleur nouvelle (et une bonne dose de cordes) lui offre de nouveaux horizons. Elle lâche les chevaux dès Lark et manifeste sa puissance dans quelques morceaux bien sentis comme le très beau All Mirrors qui ne desserre jamais l’étreinte. Le timbre de voix particulier quand elle hausse le ton pourra évoquer Lana Del Rey qui aurait pris ses fortifiants mais surtout l’amie Anna Von Hausswolff parce qu’elle partage avec la Suédoise la propension à partir du sol avant de s’envoler.

Mais ce n’est pas la seule tendance de l’album, elle n’a pas seulement voulu faire une version plus spectaculaire de ce qu’elle faisait déjà fort bien. Sur des morceaux comme New Love Cassette ou Too Easy ou Spring, elle s’éloigne des références plus folk qu’on a pu lui attribuer pour se rapprocher d’artistes plus singulières comme St Vincent sans s’imprégner de ses brusques revirements. Mais elle peut aussi jouer d’une simplicité qui n’est plus vraiment folk sur Endgame et trouver un bel équilibre entre pulsation et cordes soyeuses sur What It Is.

Ces cordes peuvent se faire langoureuses sur la belle ballade Chance, le genre de morceau qui est taillé pour traverser les époques et les modes. On connaissait déjà le talent d’Angel Olsen, sa personnalité. En étoffant le son, elle hausse encore le ton, monte d’un cran et c’est de là-haut qu’elle peut nous considérer maintenant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)