Accueil > Musique > 2019 > Isaac Delusion - Uplifters

Isaac Delusion - Uplifters

lundi 16 décembre 2019, par Marc


C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.

Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque tout l’album sur une basse hénaurme. C’est presque une spécificité française si on pense à des formations comme L’Impératrice (du même label et avec qui ils ont collaboré) ou VKNG. C’est en tous cas ce qui les distingue de groupes belges qui naviguent aussi dans les mêmes eaux, Piano Club et Fastlane Candies en tête.

Cette grosse basse n’empêche certes pas notre attention de retomber avec le tempo (Magicalove) mais elle permet de magnifier leur inoxydable légèreté (voix de tête comprise) sur le très bon It Hurts qui n’hésite pas à lâcher les beats. On est d’ailleurs surpris qu’une montée y soit coupée aussi brusquement. Pour laisser de la place à un remix ? Ils se lancent de nouveau en français et ils arrivent à garder leur style dans ces occasions (Pas L’Habitude). Oui, c’est bien une reprise de Menthe à l’Eau qui clôture cet album. C’est anecdotique peut-être mais diablement amusant aussi. Et confirme qu’Isaac Delusion reste une formation personnelle et accessible à la fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Lauren Mann - Dearestly

    Dans un monde logique, I Lost Myself devrait être connu et Lauren Mann aurait une réputation à la hauteur de ce qu’elle produit. Mais bon, il faut accepter cette part d’ingratitude j’imagine. Ceci dit, elle est un peu tempérée par le fait que cette chanson a remporté un prix au reconnu CBC Searchlight contest, ce qui est déjà une reconnaissance.
    Pourtant, Lauren Mann a décidé de sortir son album directement, sans annonce préalable, sur Bandcamp et en prix libre, pensant à juste titre que ce sont les (...)