Accueil > Musique > 2020 > Camilla Sparksss - Brutal Remix

Camilla Sparksss - Brutal Remix

vendredi 21 février 2020, par Marc


Dans le merveilleux monde des émissions télévisées de concours culinaires, un poncif est de revisiter des recettes. Alors on déstructure de la salade niçoise, on réinterprète la choucroute, quitte à rester dans les clous ou au contraire proposer un plat qui n’a plus rien à voir avec son appellation. Le remix est identique dans la démarche et la versatilité des résultats.

La claque de l’album de Camilla Sparksss sorti l’an passé nous cuit encore. A un tel point qu’il nous semblait pertinent et souhaitable d’en reprendre une ration, même revisitée. Première constatation, les morceaux gardent leur pouvoir de fascination, et semblent en inspirer beaucoup. Evidemment, si c’est parfois vitaminé, on évite toute bourrinade EDM. On n’est pas à Tomorrowland quoi.

Les colorations sont forcément différentes, montrant la diversité des intervenants. Vadim Vernay rendant Psycho Lover plus claustrophobe que vraiment énervé et Sorry carrément pointilliste. Bit Tuner semble formater Messing With You pour le faire entrer dans un mix de Border Community alors qu’il devient carrément abstrait et instrumental sous les coups de Dälek. Si certains restent plus linéraires dans leurs versions (Womanized par Rebeka Warrior), gardant la structure et se concentrant sur les textures (Womanized par Sonoplasta), d’autres choisissent de pousser plus loin les gimmicks. C’est l’option choisie par Kevin Shea sur Walt Deathney. Les traitements peuvent rendre les morceaux carrément abstraits (Are You OK par Texture droite) ou grandiloquents (Forget par Monte Mai).

Il est aussi intéressant de noter que certains morceaux reçoivent plusieurs traitements comme So What qui se plie très bien à l’exercice. Xelius reste plus dans l’esprit initial du morceau, ajoutant un peu de rondeur tout en conservant l’aspect percussif et c’est réussi. Isolated lines ajoute quant à lui un gros beat entêtant et sudoripare alors que les breakbeats fournis par Toh Imago nous rappellent qu’on n’entend plus de drum‘n bass depuis des années. On est même dans l’electro vintage So What quand Bitter Moon s’y frotte, avec une belle petite montée psychédélique à la clé.

Si vous ne connaissez pas encore la matière brute de ces remixes, c’est la priorité absolue pour l’heure qui vient. Pour ceux qui ont déjà découvert et forcément apprécié, ceci est un petit supplément qui ne se refuse pas. Evidemment, avaler les seize titres le matin à jeun n’est pas la posologie idéale mais cette bien belle matière première semble en inspirer beaucoup.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Camilla Sparksss - Brutal Remix 22 février 2020 11:25, par Laurent

    Bravo Marc. Ton "ovule de gallinacé et sa valse de mouillettes au beurre salé" sublime l’œuf à la coque. C’est gourmand, c’est croquant, et on y ressent toute la palette de tes émotions. Comment ? L’album ? Ah oui, je vais écouter ça maintenant...

    repondre message

    • Camilla Sparksss - Brutal Remix 24 février 2020 13:32, par Marc

      Si je dois partir sur une critique, je veux que ce soit une critique faite avec tout mon coeur, où j’ai tout donné. J’espère que le jury appréciera. Sinon, je n’ai pas eu le temps de faire un cromesqui...

      repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)