Accueil > Critiques > 2005

Sandrine Kiberlain : Manquait Plus Qu’ça

lundi 21 août 2006, par marc


Un acteur, une actrice peut se permettre la légèreté, parce qu’on n’exige pas l’univers singulier, la découverte et l’originalité. De toute façon, l’attention est attirée par la notoriété de l’interprète occasionnel.

La seule arme qui puisse tout de suite susciter la sympathie est l’autodérision, tellement simple et directe (voire la plage titulaire) que cette grande fille remporte d’emblée la partie. Qu’importent alors les rimes parfois naïves, la reprise dans un anglais approximatif de Girls des Beatles (qui me rappelle un autre exercice similaire, celui de Julie Delpy en son temps) ou les titres énervants (Placebo), ce sont les bons côtés qu’on retient. Car il y a de jolies réussites. J’ai aimé qui sent la vraie vie, Vos condoléances qui touche même et apporte une gravité sous-jacente.

Donc au total, un exercice pas si vain que ça, sympathique dans le pire des cas. Une grande personnalité de la chanson française n’est peut-être née mais la légèreté sans niaiserie est une chose précieuse que Sandrine nous apporte donc ne nous en privons pas. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)