Accueil > Musique > 2020 > Thomas Cousin - Debbie et Moi

Thomas Cousin - Debbie et Moi

mercredi 23 septembre 2020, par Marc


Se frotter à un nouvel artiste francophone n’est finalement pas si courant. Et à chaque fois, c’est le chant, son abattage qui vont définir si on a envie de faire un bout de chemin avec lui. On va tout de suite évacuer le sujet pour dire que ce qui semble le plus compliqué pour nous est la grande expressivité du chant chez ce guitariste dont c’est le premier album solo (et en tant que chanteur, aussi). Comme on conçoit l’énorme part de subjectivité de l’observation, on va un peu détailler si vous le voulez bien...

On nous avait vendu une ressemblance avec Gaëtan Roussel et on est en effet pas loin de Louise Attaque sur Parle-Moi De Nous. Mais cette surexpressivité semble moins appropriée quand le tempo ralentit sur Toi Tu Crois, donnant un air un peu daté. C’est d’autant plus dommage que la mélodie est belle dans ces moments-là, voire magnifique sur La Passerelle. Cette façon peut déforcer l’émotion du beau texte et de la mélodie encore une fois imparable de La Chaise Vide mais on se fait tout de même avoir, la larmichette vient, inexorablement. Et si La Plantade amène la blague facile, c’est l’émotion qui prend le dessus. On le voit, c’est un peu l’ascenseur émotionnel cet album.

Mais il y a aussi des morceaux qui emportent immédiatement l’adhésion et le la lâchent plus. De ce côté-là on commence fort bien les choses avec le long Si On Allait Voir La Mer, qui s’étend sans peine dans son crescendo. De même, quand après un des morceaux plus calmes déjà évoqués il prend le contrepied avec le beat de Pas Comme Tout Le Monde, il dégage un souffle vital vraiment séduisant. La voix est donc plus à sa place dans le rock breton de Dans Ma Tête ou dans les moments plus enlevés comme Parle-Moi de Nous ou A Perdre Le Sommeil. Entre les deux pôles évoqués, il flirte même avec un phrasé hip-hop sur J’crame Tout.

‘A vous de voir’ est souvent moins une invitation qu’une démission du critique pourtant dans les cas où la subjectivité est plus engagée, il faut faire part de ce qui pourrait moins plaire mais répandre la bonne parole parce que les qualités sont indéniables. On ne tombe pas sur une nouvelle voix française tous les quatre matins de toute façon et en toute camaraderie, je vous recommande d’essayer Thomas Cousin, vous avez sans doute un ami à gagner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)