Accueil > Musique > 2020 > Palo Alto - Différence et Répétition

Palo Alto - Différence et Répétition

vendredi 16 octobre 2020, par Marc


Il est des idées qui ne respirent pas la gaudriole. Quand un projet musical se met en tête d’évoquer l’oeuvre du philosophe Gilles Deleuze tout en ressuscitant l’esprit de Soft Machine, on se prépare à un défi intellectuel. Et en l’espèce on a un peu tort. Certes ce n’est pas un album pour profiter du soleil d’automne mais le trio formé de Jacques Barbéri, Laurent Pernice et Philippe Perreaudin reste dans des genres qui nous plaisent et d’une musicalité jamais démentie.

Les guitares acides de The Tears of Nietzsche se déplacent en brouillards, avec un sax en liberté pour un Résultat plutôt hypnotique. Rhizome commence par du drone, par une structure plus compacte bientôt pulsée par un synthé potentiellement analogique. Le climat s’installe, vrombit un peu. Et puis la pulsation arrive, inexorablement. Pour le coup, on est plus dans de l’ambient haut de gamme que dans de l’expérimentation pure. Les cordes sont triturées mais le beat est ferme.

C’est donc essentiellement de la musique instrumentale. Mais avec des lectures. Les textes sont pertinents, sans doute mais trop perchés pour votre peu érudit serviteur. Contrairement à ce que les titres en anglais laissent à penser, les lectures sont en français, la langue du philosophe mais aussi celle des intervenants. Notons d’ailleurs que Richard Pinhas qui participe ici a déjà fait de la musique avec Deleuze sur des textes de Nietzsche, on reste dans le même cercle de références donc, rien n’est dû au hasard sur ce genre de projet.

Alain Damasio propose ses propres textes sur un triptyque. Donc oui, c’est plus aventureux. Moins ludique que Houellebecq avec Bertrand Burgalat. Et d’une manière, il force une attention différente, un peu contre-productive par rapport à la musique, qui ne se fait qu’illustration sonore. Et c’est un peu dommage, surtout que la déclamation pourra rebuter. On se prend donc à préférer la longue plage finale qui ne joue pas de ruptures mais d’évolutions subtiles.

Cet étrange et souvent très bel objet se devait de sortir sur un label à la hauteur de l’enjeu et c’est du côté du très pointu et impeccable Sub Rosa (jetez un oeil à ce qui est disponible ici https://subrosalabel.bandcamp.com/) que ça parait. Le concept aventureux et ambitieux ne doit pas vous tromper, cette évocation musicale reste accessible et tout qui se frotte régulièrement à la musique instrumentale prendra un vrai plaisir ici. Parce que ce bel objet est suffisamment maitrisé pour intriguer sans décourager. Être favorable à la prose et à la diction d’Alain Damasio est évidemment un plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)