Accueil > Musique > 2020 > Snowdrops - Volutes

Snowdrops - Volutes

lundi 19 octobre 2020, par Marc


Le genre ‘musique instrumentale que j’adore écouter mais un peu imperméable au commentaire’ est une des grandes tendances de cette rentrée. Christine Ott fait partie de ces artistes dont on connaît bien mieux la musique qu’on ne le pense. Quand on apprend qu’elle a collaboré avec autant d’artistes qu’on adore comme Yann Tiersen, Tindersticks ou Oiseaux-Tempête, on se sent tout de suite à l’aise. Mathieu Gabry est l’autre membre du duo français, comme ça les présentations sont faites. On apprend sans surprise que ce duo a commencé par des musiques de film tant cet album est riche en évocations.

On a évidemment déjà entendu des Ondes Marthenot. Si c’est la musique contemporaine qui en a fait les premiers usages (Varèse, Boulez, ce genre), des artistes plus ‘pop’ s’en sont emparés. Citons Radiohead ou The Notwist dans un passé récent. La maîtrise d’Ott en la matière lui permet de colorer chaque morceau différemment. Ces nappes ni électroniques ni vraiment organiques se marient en tous cas à merveille au piano et au violon très vivant d’Anne Irène-Kempf, pouvant même se faire pulsation sur Inception.

Trapezian Fields
est construit autour du piano, certes, mais l’ambiance sonore est tellement rehaussée que le mélange prend tout de suite, se permet de monter et descendre l’air de ne pas y toucher. Et puis l’équilibre se déplace, les cordes prennent temporairement le dessus. Difficile donc d’en parler, facile de se laisser porter.

Les densités se construisent par couches sur Ultraviolet. Ces densités plus sombres et distordues sur le bien nommé Odysseus. On se rappelle alors la collaboration avec des formations comme Oiseaux-Tempête dont le sens du voyage nous avait déjà frappés. Les ondes se font alors mélodiques ou lancinantes, avec un piano qui orchestre les montées. Pour reprendre un poncif du genre, on voit du pays sur ce qui constitue sans doute la pièce maîtresse de cet album. Vous l’aurez compris à l’abstraction des termes utilisés que ce bel album plaira à ceux qui peuvent se laisser emporter par une belle virtuosité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)