Accueil > Critiques > 2020

Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

vendredi 30 octobre 2020, par marc


Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.

Le hasard met dans nos oreilles deux albums autour de l’orgue et par bonheur, les résultats sont très différents mais enthousiasmants. Certes, l’instrument est au coeur des préoccupations et un apport extérieur (celui de Filip Leyman qui co-produit) est aussi présent, mais au lieu de privilégier la majesté et l’ampleur du son comme chez Michaël Schönheid, la démarche est plus intimiste ici, profitant plutôt des possibilités techniques annexes. Par exemple sur Sacro Bosco, ce sont les ouvertures et fermetures de pédales qui créent la matière première du son avant que les accords n’arrivent, plus en nappes qu’en puissants arpèges.

Cet album est soigneusement séquencé, ce n’est pas une démonstration au clavier. Les premiers morceaux apparaissent tout de même comme du drone organique. Ce sont les Le travail se fait sur les textures, les harmonies, moins sur les mélodies dans un premier temps. Et puis elle passe à des suites d’accords mineurs plus classique sur Dolore di Orsini. Sur Persephone, on a une vraie progression. Mais toujours en demi-teinte, les grandes orgues ne sont pas convoquées. Le résultat n’est donc pas gothique, même si le final Outside the Gate (for Bruna) est cérémonieux comme on l’espérait.

Très minimaliste et éloigné du spectaculaire des meilleurs morceaux de la Suédoise, All Thoughts Fly ne dégage finalement ni mélancolie tenace ni sensation d’oppression. Elle décide de ne pas explorer les possibilités spectaculaires de l’instrument ou de sa voix (absente ici). Ce n’est donc aucunement une version allégée, mais une approche vraiment différente au résultat étonnant et séduisant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus (...)