Accueil > Musique > 2020 > Matt Berninger - Serpentine Prison

Matt Berninger - Serpentine Prison

mercredi 4 novembre 2020, par Marc


Il va de soi qu’une des raisons de notre attachement indéfectible à The National est la voix de Matt Berninger. Elle est immédiatement identifiable et on sait quels plaisirs auditifs on doit à ce baryton entendu aussi chez Clogs (groupe formé par des membres de The National), Clap Your Hands Say Yeah ou évidemment El VY, groupe qu’il forme avec Brent Knopf, ancien de Menomena qui d’ailleurs se retrouve sur cet album.

Si la carrière de The National est exceptionnelle, c’est peut-être aussi grâce à la versatilité de ses membres qui font partie de la première division de la musique populaire américaine, du néo-classique de Clogs à la production du dernier Taylor Swift en passant par l’instrumental LNZNDRF.

Commencé comme une série de chansons isolées et pas destinées à constituer une oeuvre solo, ce premier album profite logiquement vu la propension de Berninger à créer des liens d’un casting de première bourre. On retrouve donc Brent Knopf mais aussi rien moins qu’Andrew Bird au violon et Gail-An Dorset. Laquelle était déjà sur I Am Easy To Find. Sa voix est vraiment magnifique, la charismatique bassiste de David Bowie devrait étendre ce registre.

Ce qu’on entend sur ce Serpentine Prison est moins complexe que ce qu’on entend dans la formation de base, mais ce n’en est pas un album acoustique pour autant, Distant Axis propose déjà une belle intensité, un relief musical bienvenu. Si on vous dit que c’est très beau, vous ne serez sans doute pas surpris, vous allez forcément apprécier la simplicité de One More Second, la belle mélodie d’Oh Dearie.

Cet album séduit, indubitablement, mais n’atteint presque jamais les sommets auxquels on s’attendait. Sa voix a déjà prouvé qu’elle pouvait se débrouiller toute seule (les frissons c’est par ici) mais la relative simplicité du chant qui doit beaucoup à son baryton n’est jamais autant à son affaire qu’avec les structures plus complexes qu’il n’y paraît de The National. Ou bien avec la folie d’EL VY. Le groupe est une force, une alchimie plus forte que la somme de ses parties. Pour le fan impatient de The National (ça en fait déjà du monde), il y a de quoi étancher sa soif de mélancolie douce et c’est déjà beaucoup.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)