Accueil > Critiques > 2020

Bertier - Feu.e

lundi 23 novembre 2020, par marc


Au commencement était le verbe.
Même si ce n’est pas au prologue de l’évangile selon Saint-Jean qu’on pense tout de suite au moment de compulser le grand livret, le bel objet est une belle introduction à la musique qu’on s’apprête à écouter. Ce sont des mots, déjà, une introduction qui nous donne envie. C’est évidemment Lara Herbinia qui enrobe le tout de fort belle façon, encapsulant notamment les illustrations d’Alain Dauchot.

Au commencement était le verbe.
Parce que les textes de Pierre Dungen sont non seulement à la base des morceaux, mais aussi le point de départ des compositions qui ont été confiées à plusieurs artistes qu’il faut évidemment citer ici tant ils donnent chair à ces idées. Ils s’appellent Matthieu Thonon, Sylvain Cousin, Quentin Steffen, Olivier Terwagne, Paulo Silva Rodriguez, Amaury Boucher, Nicolas Jules, Cédric Van Caillie, Didier Delchambre. On ajoute Yan Péchin, guitariste au long cours déjà rencontré sur le coussin d’air d’Anna et Roby. Il y a du monde, bien évidemment, Bertier ayant toujours revendiqué le statut de collectif, poussé ici encore un peu plus loin.

On le devine bien vite, ceci est le troisième volet d’une quadrilogie des éléments. Le chant lexical ne va pas rester mystérieux, on va vous épargner la lourdeur de le prolonger ici. Mais si on retrouve comme sur les albums précédents un couple au centre des débats, les thèmes ne sont pas concentrés, le thème se retrouve partout mais dans des tonalités différentes. On ne raconte pas une histoire (même si un couple est inévitablement au centre des débats), on développe un état d’esprit, on explore les possibilités du feu. C’est une pop lettrée donc mais sans les allusions infinies qui font le sel (et l’opacité souvent) d’un Thousand, avec cet attrait du jeu de mot qui est le côté intellectuel du ludique (ou l’inverse, ça marche aussi).

Mais cette pop lettrée n’est pas une pop savante, si on en extrapole l’acception d’une épopée savante due à un seul esprit. C’est en effet la diversité des intervenants qui est intéressante ici. Le ton général est donc fluide et accessible, direct et change de morceau en morceau, le chant suivant cette évolution avec une gourmandise manifeste. Si Lucas et Ena mettent en avant une magnifique mélodie, 13th Floor repose sur une déclamation qui fonctionne à plein et regorge d’allusions qui feraient plaisir à Marc Ysaye, de noms cachés qu’on prend un malin plaisir à détecter.

De la musique avant toute chose.

Cette variété des traitements installe plusieurs points d’équilibre. Avec un poil de groove sur Feu Follet, un rien plus rentre-dedans Brasier Ardent. La conjonction d’une guitare acoustique et de chœurs féminins renvoie à une certaine vision seventies (Eau de Feu), avec de chouettes cordes.

Il y a évidemment des morceaux qui frappent d’emblée (très tôt parfois comme le logique single Grands Brûlés sorti au printemps), même si on sait qu’un album comme celui-ci est destiné à être exploré encore et encore. A Nos Heures est un de ceux qui marquent en première écoute, tout comme Flambeur-Voyeur dont le texte est dû à Céline Marolle. La voix de Lara Herbinia présente dans les chœurs de presque tous les morceaux y prend plus de place et ça fonctionne mieux que bien. Ajoutons au rayon de nos préférences Fort Rêveurs et le magnifique morceau final L’Étincelle avec ses cordes en cascade.

On peut être obscur à force d’être profond mais il est vain de chercher à être profond à force d’obscurité.
Cet aphorisme attribué à Borges prend étrangement du sens sur cet album qui ose être frontalement lumineux pour donner envie d’en explorer les méandres. Le premier album dont le titre est en écriture inclusive vaut toute votre attention.

http://bertiermusique.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)