Accueil > Musique > 2020 > Johnny Labelle - XVIII

Johnny Labelle - XVIII

lundi 14 décembre 2020, par Marc


On l’a déjà mentionné, la diversité de la scène musicale grecque est une source d’étonnement permanent. De la dark-wave de Strawberry Pills au psychédélisme de Chickn en passant par l’electro légère de Melorman ou plus sombre de Mechanimal ou l’indie de Vagina Lips ou Tango With Lions, il y en a pour tous les goûts et ceci sera encore différent.

En effet, cette nouvelle sortie du label Inner Ear fait d’emblée penser à Scott Walker (il en a parfois l’affectation). Le nom en chiffres romains étant sans doute un clin d’œil à la célèbre série d’albums aventureux des années ‘80. Tout comme la présence occasionnelle d’un sax malade. Ce toujours intriguant croon crépusculaire ramène aussi au toujours recommandé Truelove’s Gutter de Richard Hawley, avec un ton plus dark il faut le dire.

Mais même s’il y a des ressemblances qui semblent inévitables (ajoutons même du Bowie dernière époque sur Beginning of the End), on est surtout face à de bons morceaux, ce qui nous a poussé à souvent y revenir. Parce que le résultat est certes sombre mais soyeux (AK), privilégiant soit la texture du son avec les envoûtants synthés de Green Dark Age ou le plus dense Visceral avec orgues et choeurs, ou laissant au contraire plus de place à la voix en rendant les arrangements discrets sur Doppelgänger.

L’équilibre trouvé entre ses tentations orchestrales et un contrepoint de guitares plus carré est subtil. Et puis quand on s’est bien installés, il plante In The Sun. On oublie alors toute référence, parce que l’important se passe là, dans nos oreilles, avec tout simplement un très grand morceau. Transcender ses influences pour s’imposer en tant qu’artiste unique, voilà le but de bien des démarches artistiques. En se plaçant dans une filiation assez claire, le Grec Johnny Labelle plante un grand album.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)