Accueil > Critiques > 2021

Tamar Aphek - All Bets are Off

vendredi 29 janvier 2021, par marc


On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. Avec une impression de cool jamais démentie pour mener Crossbow à son point d’incandescence.

Pas le temps de récupérer ou de se demander ce qui nous arrive, on enchaîne avec le soigneusement sale Russian Winter. La voix est un tout petit peu à côté, assez pour créer un décalage mais pas trop pour qu’on pense que c’est maladroit. Et cette fausse nonchalance est vraiment appréciable, apportant souvent un contrepoint à ce qui pourrait sembler plus rude. Un peu déglingué juste comme il faut (Too Much Information).

Cet album est imprégné de Psychédélisme, un peu parce qu’il y a des sons d’orgue, beaucoup parce que l’ambiance générale est très détendue. Et il y a des parties de guitares un peu furieuses, un peu trippées (Drive) et avec une rythmique à l’avenant. On applaudirait si on n’était pas en train de s’avachir sur le tapis du salon avec les bras en croix. Les guitares ne sont pas passées de mode, il faut simplement trouver des façons, certes pas nouvelles mais diablement séduisantes, de les mettre en avant. C’est ce qu’on a sur Nothing Can Surprise Me.

On peut penser aux sixties sauf qu’à l’époque on n’avait pas anticipé le glam, le kraut et plein de choses qui vont remplir nos bonheurs musicaux et qui se retrouvent dans ce riche creuset. Vocalement, elle peut étrangement faire penser à celle de Marie Modiano qui prendrait les intonations de Brisa Roché pour un résultat forcément sensiblement différent.

Mais elle rétracte les griffes sur All I Know, mais on sait qu’un simple coup d’adrénaline les fera ressortir. Aussi, quand Beautiful Confusion se fait plus bluesy, on sait qu’il va décoller et on n’a pas tort. Si c’est un peu lâche, la tension reste là et cet équilibre est une des grandes satisfactions de cet album et sera sans doute compliquée à reproduire. Mais on n’en est pas là, l’important c’est ce présent, ce plaisir d’écoute chaque fois renouvelé, augmenté du plaisir d’une découverte qui ne nous appartiendra bientôt plus.

La reprise d’As Time Goes By n’est évidemment pas scolaire. Pas minimaliste, comme si elle avait été dégottée sur un album d’épluchures (de banane) du Velvet. Le genre est certes différent et les ressemblances peu littérales mais cette façon de trousser un univers à partir d’éléments connus avec une envie grosse comme ça renvoie à St Vincent ou Anna Calvi. On ne va pas se voiler la face, ceci est une musique pour gens intéressés, et j’aime à penser que tu es du nombre. Et ce brassage à haute température va dans doute te plaire, ce plaisir des sens est fait pour être partagé.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Tamar Aphek - All Bets are Off 29 janvier 2021 21:48, par Laurent

    Bien vu, je suis effectivement du nombre. Il va me falloir un paquet d’écoutes pour digérer cette affaire, mais ça ne laisse clairement pas indifférent.

    repondre message

    • Tamar Aphek - All Bets are Off 3 février 2021 12:12, par Marc

      Il est des noôôôtres ! Je sens que le club des amateurs est destiné à grandir encore...

      repondre message

      • Tamar Aphek - All Bets are Off 25 février 2022 22:00, par Yip

        Toujours un peu, beaucoup, tard... Je viens d’écouter. Délices. Un peu comme quand j’ai découvert Calvi. Mais en mieux. Moins commercial ? Plus viscéral ? Ou peut-être plus actuel... Anyway. Merci pour cette découverte..

        repondre message

        • Tamar Aphek - All Bets are Off 2 mars 2022 13:20, par Marc

          Disons que cette musique vieillira sans doute bien, il n’y avait pas d’urgence à la découvrir. Et c’est toujours un plaisir de partager des coups de cœur comme celui-ci !

          repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé. (...)