Accueil > Critiques > 2021

Motorama - Before The Road

mercredi 3 février 2021, par marc


Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.

Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans noirceur est assez irrésistible, ajoutant quelques petits slides sur The Tower pour sortir définitivement des clichés. Ces guitares qui tintent ramènent évidemment aux années ‘80 mais ce n’est pas l’ébullition post-punk dont il est question mais d’une phase ultérieure de la pop à guitares allant jusqu’à la fondatrice compilation C86. Si ces références un peu spécialistes ne vous parlent pas trop, aucune importance, tout coule avec facilité.

Cet album reste en effet remarquablement léger, ils savent qu’ils n’ont pas besoin de forcer le trait pour qu’on soit emportés. La mélancolie, ça se danse aussi et Azure Height vient le confirmer de belle façon. On sait aussi depuis New Order que l’euphorie n’est pas que festive et ils en fournissent quelques giclées lors de Sailor’s Song, poussant même jusqu’à une forme de pop synthétique sur Up.

Si vous voulez plus d’intransigeance, il reste évidemment le volet Utro (avec les mêmes membres) qui non seulement manie un post-punk plus abrupt mais le fait en langue russe. Sans doute que l’existence simultanée de ces deux formations leur permet ici de se recentrer. Leur style est maintenant établi, l’avenir seul nous dira s’ils vont l’utiliser tel quel pour livrer chaque fois des morceaux plus raffinés. On l’avoue, on s’en contenterait volontiers tant on les retrouve avec un plaisir, tant cette euphorie placide nous enchante à chaque fois.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)