Accueil > Musique > 2021 > Uzul - Evolve

Uzul - Evolve

mercredi 14 avril 2021, par Marc


Un album de techno minimale teintée de dub. Voilà, c’est l’étiquette, c’est la description. Pour une fois, on pourra dire qu’elle est assez correcte. Ce qu’elle ne dit pas par contre, c’est à quel point c’est réussi. Si le style est balisé, le thème ne fera pas de mystère non plus, le Français plongeant dans les abysses pour son premier album.

Les sons réverbérés sont là dès Aquatic. On entre dans la danse, littéralement. Pourtant, cette techno relevée de house pourrait se révéler bien moins intéressante qu’elle ne l’est en réalité. Ce sont ces petites variations aquatiques qui finalement assurent le liant, et nous accompagnent tout au long de cet album sans temps mort.

La profondeur du son de Nemo qui révèle ses influences deep house. Mais c’est d’une manière général cette façon d’appréhender la minimal nous plait particulièrement. Cette poussée continue de Water For Life utilise des bribes de voix réverbérée en repère humain dans un luxuriant monde aquatique. Mais il peut aussi sortir les très grosses basses sur Allo, à la lisière de l’acid.

Sea Horse est un morceau marquant parce qu’il arrive à mêler une sensation de déséquilibre, de glissade continuelle tout en gardant une belle rondeur. Sur l’autre sommet de l’album, Music Is a Game, c’est le dub qui prend le dessus (avec même un mélodica reggae du plus bel effet) mais le rythme ne s’avachit pas pour autant, les giclées d’euphorie sont bel et bien là.

Une des mesures du talent est la propension à fusionner ses influences pour en faire quelque chose de personnel, cohérent et enthousiasmant. A cette aune, Uzul en a indéniablement, et nous livre un des albums électroniques les plus convaincants de ce début d’année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka Csiszér est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)