Accueil > Musique > 2021 > Xiu Xiu - Oh No

Xiu Xiu - Oh No

vendredi 16 avril 2021, par Marc


L’angle de la santé mentale n’est certainement pas le moins pertinent pour aborder la discographie de Jamie Stewart. Sans doute que cette instabilité, cette impression de danger permanent qui rend toute écoute tendue est une conséquence directe de ce simple fait, d’un mal-être qu’il n’a jamais caché mais qu’il tente de contourner.

Et un des meilleurs moyens de le contourner est la musique, ou plutôt les artistes qu’il apprécie et qui le lui rendent bien et qui peuplent ce bien délectable album de duos. Si tout le monde ne nous est pas familier dans le casting, ceux qu’on connaît sont (très) chers à nos cœurs.

On n’imaginait pas nécessairement Owen Pallett se mêler au monde parfois glauque mais la fusion des univers a bien lieu et même si ce n’est pas le moment le plus marquant, il permet de mesurer l’amplitude des capacités du Canadien qui peut aussi bien assurer les arrangements d’artistes comme Arcade Fire, Mika, Pierre Lapointe ou Pet Shop Boys.

Plus attendue était la présence de Jonathan Meiburg avec qui ils avaient déjà formé l’éphémère duo Blue Water White Death. Leur capacité à tisser des structures est indéniable et se retrouve ici, à l’inverse du lyrisme dont ils peuvent faire montre parfois (souvent même). Stewart avait aussi déjà collaboré avec Fabrizio Modonese Palumbo et leur morceau commun a un son plus léger et plus foisonnant à la fois. C’est clairement un des morceaux les plus perchés celà dit. Dans les incontournables, Angela Seo est officiellement la moitié de Xiu Xiu, sa présence n’est évidemment pas surprenante ici.

Si l’exercice imposerait une critique piste par piste tant il n’y a aucune faiblesse, notons ce qui marque le plus. Avec l’excellente Chelsea Wolfe, ils s’attaquent à l’iconique One Hundred Years pour un résultat forcément dense et intense. Le résultat peut aussi être imposant comme Saint Dymphna avec Twin Shadow, un des meilleurs moments ici.

Notons aussi la beauté majestueuse d’I Cannot Resist avec Drab Majesty. Dans ses copinages, il trouve au passage de remarquables compagnons de jeu. La voix d’Haley Fohr est en tout cas très en accord sur ce morceau à la mélodie bien tracée. Il est même étonnant comme l’excellente Sharon Van Etten chante un peu comme lui.

Il y a aussi des moments carrément ludiques comme Rumpus Room avec Liars dont le clip forcément étrange nous avait interpellés. C’était en tous cas une bonne idée de se servir de ce morceau presque dansant pour donner envie d’en savoir plus.

D’une manière générale, ceci est un album de Xiu Xiu. Et étrangement, sans doute son œuvre la plus apaisée. Peut-être parce que celui qui a un badge I Hate People sur sa sangle de guitare a trouvé du réconfort auprès de fans attachés et bienveillants et d’artistes qui comme lui peuvent transcender leurs humeurs par l’art.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Xiu Xiu - Oh No 16 avril 2021 10:59, par Laurent

    Oui, au regard de sa discographie c’est un album assez... reposant. Et donc très délectable.

    repondre message

    • Xiu Xiu - Oh No 18 avril 2021 17:17, par Marc

      Pour être tout à fait honnête j’aime beaucoup ses albums plus dérangés mais c’est reposant de pouvoir juste en profiter.

      repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)