Accueil > Critiques > 2021

Françoiz Breut - Flux Flou de la Foule

lundi 19 avril 2021, par Marc


Certain.e.s artistes se sont imposés comme des piliers de notre monde musical, comme des amis imaginaires dont on aime recevoir des nouvelles de temps à autre. Françoiz Breut est indéniablement du nombre. S’il faut remonter assez loin pour une critique en bonne et due forme, elle nous a accompagnés depuis. Et la retrouver est un plaisir.

Et elle nous revient avec un album qui prend des teintes plus pop synthétique, avec Marc Melià à la production et sa belle voix toujours mise en avant. Le style s’incarne d’emblée avec Juste de Passage c’est un bien engageant départ. On pense à des choses pas françaises comme Bat For Lashes dont il a le potentiel d’évocation, rien que ça...

Mais si on ne retrouve pas tout de suite un morceau de ce calibre il faut le dire rare, on passe d’un morceau à l’autre sans lassitude, profitant de détails qui plaisent comme le petit côté bluesy de Mes Pêchés S’accumulent. Dérive Dans La Ville Cannibale est un délire sur un ska à la modernité vintage. C’est éminemment personnel, j’ai à chaque fois pensé à ces exercices étranges des Brochettes. En bien moins malaisant cela va sans dire et pour un résultat qui finit par emporter l’adhésion. Il faut du tempo pour que ce style fonctionne, comme Métamorphose ou Vicky le prouvent par l’absurde. Ou alors quand le cocon véloce de Comme Des Lapons emporte l’adhésion sans coup férir. Mais ce n’est pas une obligation non plus, on la suit résolument quand la lenteur se fait langueur avec une petite pointe d’intensité (Mon Dedans vs Mon Dehors).

Lors des premières écoutes, j’étais persuadé que c’était Bertrand Belin qui prêtait sa voix à La Fissure mais il se révèle que c’est Jawhar. Et c’est une bonne nouvelle, on a toujours préféré l’univers de ce dernier et sa prestation en français vaut le détour.

Ce sont donc de belles retrouvailles au travers d’un album qui a une teinte propre, une ambiance un peu étrange mais toujours personnelle et familière, et surtout quelques très hauts faits qui ont un goût de revenez-y.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. (...)