Accueil > Musique > 2021 > Spencer Krug - Fading Graffiti

Spencer Krug - Fading Graffiti

lundi 5 juillet 2021, par Marc


Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.

On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à toutes les formations citées. C’est du Spencer Krug pur jus pourtant. Ces morceaux nés en tant que piano-voix (diffusés à ses supports Patreon) n’ont pas la charge émotionnelle incroyable de ce qu’on avait tant aimé chez Moonface ni l’implacable densité de Wolf Parade ou la folie de Sunset Rubdown.

En tournant autour, cet album a été écouté un nombre incalculable de fois et évidemment, on a vite compris pourquoi on est tellement attaché à cet auteur-interprète hors normes. Il y a évidemment du spectacle, Spencer Krug reste un interprète intense (The Moon and The Dream). On le suit dans les circonvolutions Having Discovered Ayahuasca parce que la mélodie sert de fil conducteur, même s’il semble être emmêlé parfois. Mais c’est un peu plus tortueux (Winter Sings To Fall), tout reste suivable.
Ces morceaux sont guidés par la guitare, étrange que ce ne soit pas celle de Dan Boeckner.

Certes, notre attachement à Spencer Krug ne se verra pas écorner avec ce premier album solo qui arrive à se distinguer du reste d’une discographie dingue. Sans doute destiné aux fans du personnage, il contient suffisamment de bons morceaux pour plaire à tout esprit curieux, sachant qu’il y a des merveilles à découvrir par ailleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)