Accueil > Critiques > 2021

Clara Luciani - Coeur

mercredi 8 septembre 2021, par marc


Dans un contexte peu avouable, Pierre Louÿs a parlé du verre d’eau qui désaltère de l’alcool. Si on ne peut pas vraiment parler d’eau tiède pour un album aussi réussi, c’est aussi et surtout en tant que pause bienvenue parmi des écoutes plus rudes que constitue le second album de la Française. Et puis si on en parle, c’est qu’il y a vraiment matière à s’enflammer.

Ce site s’est fait une spécialité des sorties confidentielles. Pas seulement par indécrottable snobisme mais la fréquentation assidue des musiques alternatives pendant 20 ans modifie sensiblement et durablement les goûts. Mais parfois une écoute opportune vient mettre un coup de projecteur sur un album largement diffusé. Il faudra le recul de l’histoire pour le garantir, mais Respire Encore se pose en hymne du déconfinement, en espoir de bribes d’avant retrouvée. Ce morceau a servi de sésame, de porte d’entrée à un album qui n’arrive pas à lasser.

Comment faire pour surmonter un premier album à succès ? En faisant mieux, tout simplement. Si le premier était bien balancé, la comparaison entre ses morceaux et ceux-ci ne laisse pas de place au doute, tout est monté de deux crans. On retrouve un goût prononcé de la belle ouvrage, avec deux tendances françaises, à savoir une nostalgie de la pop orchestrée des années ‘70 mais qui ici s’exprime dans un discret foisonnement, pas une débauche de cordes. Ensuite une place prépondérante pour la basse, instrument qui occupe avant-postes de compatriotes comme L’Impératrice, VKNG ou Isaac Delusion. Le spectre de Françoise Hardy plane sur une bonne partie de l’album (La Place) et si ce n’est pas exactement notre artiste de chevet, force est de constater que c’est une comparaison élogieuse. Et puis on sent un ton ‘adulte’ qui peut aussi faire plaisir.

Tout comme le point de vue féminin. Si La Grenade était devenu l’emblème de causes presque par accident, Cœur est par contre très conscient. C’est suffisamment suggéré pour ne pas être lourd, mais inratable une fois qu’on s’en est rendu compte. Le tout dans un morceau catchy en diable qui lance en fanfare l’écoute. Le Reste en chanson de rupture sans acrimonie achève de nous faire entrer dans l’album et finalement, à chaque fois on ira au bout, jusqu’Au Revoir, logique issue.

Le Chanteur est un peu le pendant féminin de Son Idole, avec la même mise en évidence du miroir aux alouettes. Sa vie sentimentale à elle ne semble pas celle-là comme en témoigne le magnifique J’Sais Pas Plaire qui trouve le ton juste et touchant. Pour le reste, elle sait que le mélange de tempo et d’accords mineurs fonctionne toujours à plein (Bandit). Cet album reste très compact et c’est une force, pour que la cohérence ne se transforme pas en répétition. Pour ça, les variations de tempo sont là aussi, tout comme Julien Doré qui fait le boulot sans cabotiner sur Sad and Slow.

Vous l’avez sans doute compris, cet album qui promettait sur foi de singles est marquant. La Victoire de la Musique 2022 est sans doute d’ores et déjà pliée. Une réussite commerciale, critique et publique, c’est suffisamment rare pour ne pas passer à côté.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)