Accueil > Critiques > 2005

Roisin Murphy : Ruby Blue

lundi 21 août 2006, par marc


Il y a peu de chances de revoir Moloko à court terme. Mise en vacances, Roisin Murphy, la charismatique chanteuse de ce groupe finalement essentiel s’est réfugiée dans la musique électronique. Elle aurait pu étrenner ses tenues extravagantes dans un disco kitch ou dans de la dance policée mais non, c’est sur Matthew Herbert que s’est dirigé son choix.

Annoncé par les deux EP vinyles Sequins (je n’ai pas vu passer le troisième, distraction ?) à la pochette déjà fort moche, le premier album de la belle (sisi) Irlandaise est plutôt touffu et difficile. Ayant pu me familiariser suffisamment tôt avec les maxis, il a fallu moins d’écoutes pour l’apprivoiser.
Car si ce n’est pas obscur, loin de là, on est plutôt loin de la variété, si on excepte le pas fameux single If we’re in love.

Funk blanc et froid, sons d’origines diverses et difficilement identifiables, il popose différents niveaux d’écoute en fonction de l’attention de l’auditeur.
Mais qu’y entend-on vous vois-je déjà demander d’un air suspicieux. Eh bien, à l’instar de cette antique publicité pour les fromages belges : un peu de tout. Parfois un petti relent eighties (Sow into you), du Portishead passé au concasseur (Sinking feeling), du Tom waits electro (Night of the dancing flame), un morceau que Björk n’aurait pas renié (Ramalama) ou plus généralement du funk froid (Dear Diary). Certains morceaux manquent cependant d’accroche pour se rendre indispensables (Trough time). Ca ne peut pas marcher à tus les coups (Off on it) et empire avec la lenteur (The closing of the doors).

Sur foi d’un concert de Moloko à l’ambiance électrique à Werchter en 2003, on ira revoir Roisin avec plaisir au Pukkelpop. Vos efforts d’écoute seront donc récompensés si vous passez outre votre aversion pour une certaine forme de soul froide. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)