Accueil > Musique > 2022 > Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

mercredi 11 mai 2022, par Marc


Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.

Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement réparée par l’écoute du Consumed original qui rappelle à quel point ce son deep a une influence sur des artistes comme Stefan Bodzin ou Uzul. C’est opaque et fascinant, forcément, avec cette propension à faire de la répétition sans en faire vraiment.

Comme pour un cahier de coloriage, on peut parfois regretter la pureté du noir-et-blanc mais force est de constater que vu l’aspect aride des morceaux de base, il y avait de la place pour ajouter un instrument. Et les additions sont judicieuses, bien dans l’esprit des ambiances ouatées de Hawtin. Alors que les penchants kitsch de Chilly Gonzales sont parfois trop manifestes pour être narquois, il trouve ici la bonne distance. C’est rare qu’un ajout augmente la légèreté pourtant c’est le cas.

On ne sait pas si c’est Chilly qui échange son piano pour des sons de clavier sur Consume mais c’est une diversion bienvenue, tout comme la belle profondeur de Converge. Et puis il y a ce très long Consumed. C’est là que le piano de Gonzales prend le plus ses aises, aère le morceau qui n’en avait peut-être pas besoin. La pulsation est irrésistible, mouvante par très petites touches.

La fusion de styles est un art compliqué à réussir mais force est de constater que le mélange prend ici. Cette adjonction rend cet album plus facile d’accès que son géniteur tout en préservant une part de son mystère originel.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Simone Bernadoni est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)