Accueil > Critiques > 2005

The Robocop Kraus : They Think They Are The Robocop Kraus

lundi 21 août 2006, par marc


Et si un groupe allemand venait battre les anglo-saxons sur le terrain du post-punk discoïde ? Cette hypothèse est tout à fait envisageable à l’écoute de ce troisième album des teutons.

Ouvrons cependant une petite parenthèse sur cette vague de revival musical qui est peut-être passagère mais qui constitue une tendance lourde. C’est qu’il est fastidieux d’assister impuissant à la coupe du monde des groupes de bal années ’80. Parler d’Interpol, The Departure, The Bravery, The Rakes, Editors et maintenant Robocop Kraus a quelque chose de répétitif.

En effet, si les références sont les mêmes et toutes plus recommandables les unes que les autres (Gang of four, Joy Division, Wire, Echo and the Bunnymen et Talking heads pour les plus évidentes et moins obscures) et que le imitateurs du XXIème siècle sont toujours meilleurs que la plupart des contemporains des intouchables susmentionnés, quel est l’intérêt d’une telle pléthore en 2005 ? Car si certains semblent sincèrement animés d’un souffle presque épique ou créent des titres dansants presque irrésistibles, seule une méconnaissance des classiques d’il y a 20-25 ans peut rendre ces groupes originaux. Le poncif veut que l’art soit difficile et la critique facile. Parfois, on a quand même l’impression du contraire.

Bon, ceci dit, il est temps de refermer la parenthèse essayons de définir les spécificités de Robocop Kraus. On retrouve donc parmi les ingrédients eighties (ça vous l’aviez compris) une voix typique, des inflexions à la David Byrne et la joie simple des groupes qui découvrent à quel point le clavier peut agrémenter un morceau de rock (You don’t need a doctor). A cet égard, le premier In fact, you’re just a fiction frappe d’emblée, avec un équilibre guitare/clavier aigrelet qui produit l’effet voulu : faire bouger les gens. Le gimmick au clavier minimaliste sur After laughter comes tears rappelle les phases tatônantes de certains Wire de leur période de mutation. Les choeurs sont par contre pas terribles, et le refrain unanimiste nous ramène (encore) plus de 20 ans en arrière.

Une caractéristique est le ton un rien désabusé pour des morceaux aussi enjoués (Life Amazes Us Despite Our Terrible Future, After Laugter Come Tears...)

Au final, les réussites les plus manifestes restent le premier morceau, Life Amazes Us Despite Our Terrible Future qui maintient son intensité avec l’aide d’un mélodica, et on songe aux moments apaisés des Stranglers, autres icônes post-punks exhumées) sans vouloir être à tout prix une tuerie de dancefloor ou encore le final de There are no better lignts in Hollywood. Quoi qu’il en soit, il contient suffisamment de bons moments pour fournir à cet album des arguments pour surnager dans l’océan de clones étiquetés eighties. Dans deux ans, on sera surpris du côté extrême du revival sans doute. Mais on se souviendra de s’être bien marrés là-dessus et n’est-ce pas finalement le principal ? A vous de voir. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)