Accueil > Critiques > 2022

Benjamin Biolay - Saint-Clair

mercredi 28 septembre 2022, par marc


Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.

Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. Et puis ça retombe un peu avec Les Lumières de La Ville. On n’ira pas jusqu’à dire que ça nous rassure mais c’est aussi la preuve qu’il n’est pas complétement en pilotage automatique, appliquant ad libitum une formule qui marche. Et on peut y voir aussi un effet d’albums toujours généreusement garnis. Pas question pour lui de sortir une version augmentée dans quelques mois si le succès est là comme le veut l’irritante habitude francophone.

Certains morceaux sont tellement typiques de lui qu’on pourrait croire Petit Chat créé par une intelligence artificielle. Mais il faut reconnaitre que tous ces morceaux qui passent sans coup férir sur le gros son et la vitesse et l’expérience. De la beauté où il n’y en a plus et Pieds nus sur le sable appliquent à merveille son envie de gros son, tout comme la plage titulaire qui claque indéniablement.

L’âge est bien abordé, ne tombant pas dans les pièges opposés du ’toujours jeune’ et du cynisme désabusé. Il semble en tous cas apaisé mais toujours motivé. On sent que l’envie de faire la fête est là mais que le corps ne va pas nécessairement suivre sur Numéros Magiques. Mais on aime aussi ses On aime ses tendances plus sincères et touchantes sur (Un) Ravel ou la beauté simple de Sainte-Rita qui renvoie à ses remarqués premiers albums, quand le succès était surtout critique.

Avec Clara Luciani on peut parler de rencontre au sommet avec deux des artistes francophones les plus en vue. Ils sont chacun de leur côté des spécialistes du duo et le confirment ici même si le potentiel d’émotion a déjà été plus haut avec eux (Clara avec Pierre Lapointe, Benjamin avec Jeanne Cherhal par exemple).

Faut-il se réjouir que Benjamin Biolay se stabilise ? Oui, sans doute. Si ceci n’est pas le meilleur de ses albums, il témoigne d’une envie qu’on devine sincère et passe avec un vrai plaisir d’un coup d’un seul sur la vitesse et l’indéniable savoir-faire. Arrivé au sommet, il a sans doute compris comment y rester durablement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)