Accueil > Critiques > 2022

Dominique A - Le Monde Réel

lundi 17 octobre 2022, par marc


Les artistes proposent, toujours. Suivre certains est un plaisir qui nait parfois de l’incertitude, de l’inconnu qui se glisse dans ce qu’on croyait connaitre. Les premières écoutes du dernier album de Dominique montrent un déficit d’émotion fortes et immédiates comme celles qui nous serrait sur Eleor ou L’Horizon Auguri. Que faire dès lors ? Moduler l’attente, s’aligner avec ce que ce bel album propose. Et une fois qu’on arrête d’y chercher ce qui de toute façon ne s’y trouve pas, cet album se dévoile, écoute après écoute. Et bien plus que sur ses trois publications précédentes, il nous enveloppe, nous prend et ne nous lâche plus.

Oui c’est beau, les cordes sont soyeuses, libérant une vraie ampleur d’Avec Les Autres. Les mélodies sont bien là sur Nouvelles Du Monde Lointain ou Et Tout Le Monde Comme Des Toupies et ça frappe juste et fort.

Les instruments à vent rappellent évidemment l’incroyable Vers Les Lueurs. Non, ce n’est pas un retour à des choses plus rudes comme Tout Sera Comme Avant. Notamment parce que les mélodies sont bien là, souvent incroyablement belles. Le chemin vers la lumière est indéniable et n’est pas interrompu ici. C’est ce qui constitue le fil d’une passionnante discographie qui aborde son versant le plus poétique.

On aime le ton de Les Roches, ce relativisme matérialiste qui tranche avec le ton général. C’est là la singularité de Dominique, même quand la poésie prend le dessus, elle s’inscrit dans le réel. Etrange de constater que ce relatif retour à la nature s’accompagne d’une musique aussi peu champêtre que possible. Son écologie est aussi particulière. Il ne dénonce pas vraiment, mais questionne l’humain et sa place. On le sait depuis longtemps, des morceaux comme rendez-nous la lumière avaient tracé la voie. Et les refuges sont connus, l’enfance (Le Manteau Retourné de L’Enfance) et le collectif (Avec Les Autres). Parce que la lumière n’est pas que musicale chez lui.

On ne pourra jamais reprocher à Dominique A de faire du sur-place. Mais après vingt ans d’amour musical, on s’accroche un peu et on est récompensés par un album riche et soyeux, d’une beauté intemporelle. Un peu uniforme peut-être mais uniformément beau aussi. De ceux qu’on gardera avec nous, comme la plupart de ses albums en fait.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)