Accueil > Critiques > 2005

Sons And Daughters : The Repulsion Box

mardi 22 août 2006, par marc


Il y a pléthore de groupes rock de ces temps-ci. Pas la peine de les rappeler, un simple coup d’oeil à l’index donne l’ampleur du phénomène. La plupart font un décalquage plus (Bloc Party) ou moins (Kaiser chiefs) réussi de la pop des années ’60 à ’80 pour tenter la hype. Les Sons and daughters rament à cet égard à contre-courant et c’est sans doute aussi ce qui les rend aussi sympathiques et l’écoute de cet album aussi rafraîchissante.

Car ce rock finalement classique trouve ses ressemblances les plus frappantes chez Nick Cave, les Sugarcubes et PJ Harvey. Dit comme cela, ça flaire le collage foutraque mais une analyse plus détaillée montre qu’il n’en est rien.

En effet, les traces du grand Australien sont à trouver dans les périodes les plus folk nerveux (The good son, Tender prey), donc ce qu’il a fait de non bruitiste et non crooner-au-clair-de-lune. Les choeurs de Red Receiver, Dance me in, l’accord guitare-piano de Choked en sont de fort bons exemples.

L’influence des islandais n’est pas triviale mais c’est dans l’emploi de deux voix (une féminine et une masculine) en décalage qui me l’évoque (Red receiver, Rama Lama et Taste the last girl).

Fort heureusement, la chouette voix de la chanteuse ne rappelle que peu celle de PJ Harvey, ce qui rend Dance me in plus personnel. Malgré certains riffs plus rock (Monsters, la très Stooges intro de Royalty used), c’est en faisant du folk énervé avec des mélodies nettement au-dessus de la moyenne que les Sons and Daughters insufflent une énergie qui m’a vraiment plu. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)