Accueil > Critiques > 2023

Nicholas Merz - American Classic

mardi 28 février 2023, par marc


Il faut parfois le recul de plusieurs albums pour qu’on voie vraiment la personnalité d’un artiste émerger. Après un album de Darto et un troisième exercice solo, on peut commencer à cerner Nicholas Merz. On avait tout de suite remarqué sa belle voix grave et elle est logiquement toujours là.

On commence bien avec The Dixon Deal et ce montage en étranges couches dont certaines sont volontairement plus ’floues’. Dont ces lignes de saxophone qui semblent flotter. C’est un marqueur fort, sa particularité en fait. Surtout que son chant est aussi un peu relâché, même s’il peut prendre aussi des allures de Bowie (Giant Spiders).

Le résultat est forcément personnel, et empêche tout rapprochement littéral. On peut cependant penser à un Nick Cave en plein délire (Young Man, Short In Stature), John Grant en moins camp ou un Father John Misty non passéiste. Il partage avec ces deux derniers une ironie jamais démentie. A Day In L.A. est une ce des chansons de crooner mais qui passent ici à sa moulinette.

Mais il y a aussi des trouvailles musicales comme ce chouette petit gimmick de Hate, Unbriddled qui se termine par une guitare acide pour dégager une grande coolitude. On entendra aussi de la slide guitare débraillée, comme des chutes d’Ummagumma (Instant Legacy). Une belle voix, un son particulier pour se distinguer de coreligionnaires de classe, il y a tout chez Nicholas Merz pour confirmer un attachement qui dure.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)