Accueil > Critiques > 2023

Albin de la Simone - Les Cent Prochaines Années

lundi 24 avril 2023, par marc


La paire Un Homme/L’Un De Nous d’Albin de la Simone fait partie de ces rares hoses à pouvoir être suspectés de perfection. On les a écoutés sans les user tant ils sont bâtis pour défier le temps. Leur successeur est donc attendu avec un peu d’appréhension. Mais pas trop, on le connait suffisamment.

Lui qui était aux commandes de ses albums et de pas mal d’autres (Miossec, Pomme, Vanessa Paradis, Alain Souchon...), le voici qui cède une partie de la mise en son à Sage qui a notamment collaboré avec Clara Luciani et a été choisi parce qu’il savait s’adapter aux artistes. Et c’est une très bonne chose, le son évolue un petit peu mais le ton est préservé. On notera les cuivres somptueux de la plage titulaire ou de discrètes nappes. Pas de révolution cependant, mais des variations bienvenues. Le son moins ’sec’ peut amener plus de langueur à A Jamais et orner J’embrasse Plus d’un très beau son de batterie profond.

Exit donc l’obsession de la non-amplification, même si on se doute que les concerts ne seront pas taillés pour le Graspop (on ira écouter ça bientôt, on en reparle). C’est le début d’un cycle qui a sans doute commencé avec l’album précédent, instrumental dont on pensait énormément de bien et avait démontré qu’il y a énormément de musique chez lui. Ici, il reprend le thème de trois des morceaux. Le Chalet est Ta mère et moi, Merveille reste Merveille, Il pleut devient Pars. Ils étaient impeccables sans paroles mais les versions parlantes n’ont pas l’air d’avoir reçu une greffe tardive.

On n’a pas encore dit que c’est formidable. Les belles histoires sont forcément émouvantes comme ce Petit Petit Moi. Le retour de la chanson sur un adolescent (Ta Mère et Moi étant le pendant plus irrité de L’Ado) est moins dans-ta-face que La Vie Dans Les Dents de Florent Marchet mais c’est poignant parce que c’est rentré et on apprécie aussi cette fausse légèreté. Lui qui avait trouvé le ton juste pour décrire une forme de masculinité sur Un Homme garde cette distance pour évoquer des destins de femme comme Mireille 1972 ou Pour Être Belle. Il avoue passer énormément de temps à polir ses textes et on se dit en effet que cette fluidité est une forme finie et définitive.

En artiste avisé, Albin de la Simone a fait ce qu’il fallait pour inscrire dans la durée son état de grâce. Ce qu’on aimait comme une écriture qui frise toujours la perfection et une distance idéale sont toujours là, il a eu la bonne idée d’ouvrir la fenêtre aux idées musicales d’autres. Précieux on vous dit.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)