Accueil > Critiques > 2023

Patrick Wolf - Night Safari (EP)

mercredi 26 avril 2023, par marc


Il est des noms qu’une longue inactivité n’arrive pas à effacer. La dernière fois qu’on avait eu des nouvelles de Patrick Wolf c’était pour Sundark and Riverlight et il s’est imposé comme celui qu’on a le plus écouté. Ces relectures plus ‘organiques’ étaient impeccables et balayaient bien sa belle discographie. Il reprend les choses ici où ils les avaient laissées un peu en amont en renouant avec des expérimentations plus électroniques antérieures au ton plus policé et moins passionnant de Lupercalia.

Sa voix de baryton est toujours impressionnante mais surtout propose une modulation, une élasticité qui font des merveilles. Il peut ainsi ralentir et rester percutant, quitte à relancer les choses sur Dodona. On retrouve avec plaisir son versant le plus versatile, mêlant une voix expressive, son violon et des bidouillages reviennent dès Nowhere Game.

Evidemment, vingt ans après, l’effet de surprise d’un wonder-boy qui débarquait de nulle part n’est plus là. On dirait que le temps n’a pas passé même si visiblement la vraie vie n’a pas été tendre avec lui. Son style n’a pas vraiment changé et la bonne nouvelle, c’est qu’il semble toujours moderne et pertinent. On espère que c’est un nouveau départ pour lui, tant personnellement que musicalement. Cet EP qui remet son talent sur le devant de la scène est en tout cas plus qu’une promesse.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)