Accueil > Critiques > 2023

KermesZ à l’Est - Octophilia

lundi 1er mai 2023, par marc


On a beau tenter de les combattre, les préjugés ont la vie dure. Quand on se lance dans l’écoute d’un album qui revendique des sources festives d’Europe de l’Est et qu’on voit certaines photos de presse, on s’attend quelque chose de plus bordélique qui du reste aurait pu coller au genre. Mais d’emblée, les transitions et la puissance ne laissent aucun doute, c’est une grosse maitrise qui est à l’œuvre,

On connait depuis longtemps la mélancolie des fanfares et les possibilités d’incorporation dans le landerneau indie. Beirut étant le premier nom qui vienne à l’esprit. L’esprit de ce combo est assez différent, leur technique aussi. Azerian Dub apporte exactement ce qui est prévu, avec du dépaysement mais un brassage de genre qui témoigne d’une belle santé. Le second volet est encore plus spectaculaire, il faut dire qu’on n’a jamais entendu ça comme ça.

Lullylusion se base visiblement sur un air de Jean-Baptiste Lully. On ne va pas faire semblant que la présence du texte déclamé semble indispensable mais ce genre de référence s’incorpore parfaitement au reste. Ils ne sont pas réticents à des incursions dans des styles encore différents puisqu’ils ont partagé un projet avec La Jungle. Un pied dans le jazz, les fanfares dans les bras et tous les membres en mouvement, Kermesz à l’Est est la preuve que la fête, c’est puissant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • KermesZ à l’Est - Octophilia 2 mai 2023 19:39, par Laurent

    J’avoue avoir trouvé ça très bordélique quand même. Fichus préjugés ! :-)

    Ça n’a rien enlevé au plaisir de se laisser porter par ce joyeux délire, où c’est en fin de compte le morceau déclamé qui m’en a le plus procuré.

    repondre message

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)