Accueil > Critiques > 2023

Lauren Auder - The Infinite Spine

mercredi 23 août 2023, par marc


La musique, ça ne fonctionne pas comme les champignons, partager ses découvertes et leur origine est un plaisir. On en profite pour rappeler l’existence de ce nid à surprises. Et la chanteuse Lauren Auder en ménage pas mal. Il y a en effet chez elle de la profondeur et du spectacle. On le constate dès l’entame de 118 ou alors au détour de la puissance tranquille de Datta920.

Il y a aussi un sens de la théâtralité indéniable et un monde de références queer (ça se dit encore ?) qui vont de Britney à Madonna en passant par Jonbenét. Le malaise est palpable dans les paroles mais pas dans la musique qui ne se départit jamais d’une dose de flamboyance. Mais ce n’est pas systématique non plus. Par exemple [toms évoque Marble Sounds un peu animé. Et quand les choses commencent de façon plus discrète sur Hawthorne81, elle a en réserve une montée plutôt irrésistible.

D’une manière générale ou particulière (City in a Bottle, The Ripple), ceci est dans une veine plus pop et directe que ce qu’on a entendu chez Patrick Wolf ou Jungstötter. Mais notamment grâce à un chant maitrisé et envoûtant, Lauren Auder arrive à se faire sa place dans cet aréopage très bien fréquenté.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Lauren Auder - The Infinite Spine 23 août 2023 08:52, par Laurent

    En cette période peu chargée en sorties musicales, l’album de Lauren Auder arrive à se hisser sans peine parmi les toutes bonnes surprises du mois. Il y a effectivement une flamboyance indéniable dans bon nombre de ces titres énigmatiques qui évoluent quelque part entre l’éther et la géhenne.

    Sinon, j’ai encore utilisé le mot "queer" dans l’article du jour. J’imagine qu’il a donc de beaux restes. :-)

    repondre message

    • Lauren Auder - The Infinite Spine 24 août 2023 09:35, par marc

      Avec la rentrée qui s’annonce, il fallait absolument faire une place à un album qui le mérite.

      On peut donc encore utiliser Queer, c’est cool, ça convient à un artiste sur 3 actuellement...

      repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)