Accueil > Critiques > 2023

Taughtme - Laugh On Me

lundi 9 octobre 2023, par marc


L’album enregistré en Islande semble être un passage obligé pour bien des musiciens. A l’instar de compatriotes comme John Grant ou Low Roar (le regretté Ryan Karazija), Blake Aaron Henderson a suivi les conseils de son ami harpiste Úlfur Hansson et est allé enregistrer son cinquième album sur la fameuse île.

Et comme presque tout ce qui émane de ces terres d’exception, il en ressort une délicatesse immédiate. Tant qu’on est à évoquer des auteurs délicats, on penche du côté d’un Villagers lysergique ou d’un Jonsi champêtre. C’est une autre façon de distiller de l’ampleur qui est invoquée aussi, avec des rythmiques élastiques et des choeurs qui permettent à Imaginary Crimes de prendre de la hauteur.

Les mélodies sont parfois tortueuses mais comme le ton est bien défini et que les orchestrations restent d’une fluidité exemplaire, on n’écoute jamais une expérimentation qui s’échapperait. Logiquement, les morceaux plus minimalistes comme My Beautiful Friends peinent plus à passionner. Quand la voix pousse un peu elle devient plus haute (phénomène connu sous le nom de ’syndrome Goldman-Jugnot’) et perd en douceur ce qu’elle gagne en engagement. Et rend cet album moins touché par la grâce que les (inatteignables il est vrai) exemples susmentionnés. Si les morceaux peuvent se révéler moins frappants que leur style, le ton général est vraiment réjouissant et enlevé et plaira sans doute aux esthètes que vous êtes.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Taughtme - Laugh On Me 19 octobre 2023 07:26, par Laurent

    Je n’aurais pas dû lire l’article avant d’écouter, j’ai eu plus de mal à prendre au sérieux les poussées de voix car je pensais au "syndrome de Goldman-Jugnot". :D

    Sinon, je dois dire que certains titres restent en tête et m’évoquent beaucoup de choses qui se faisaient au mitan des années 2000 (sans doute parce qu’enregistrées en Islande).

    repondre message

    • Taughtme - Laugh On Me 20 octobre 2023 08:17, par marc

      L’Islande est en effet un peu moins prisée, ou alors ce genre de musique est hors-mode. Mais ça fait plaisir de voir des artistes renouer avec cette tradition-là.

      repondre message

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)