Accueil > Critiques > 2023

Romy - Mid-Air

vendredi 29 septembre 2023, par marc


The XX, c’était un petit miracle d’équilibre. Les exercices solo de ses trois membres le confirment, c’était simplement une conjonction de surdoués. Voici donc le premier album de Romy, chanteuse et guitariste de la formation et on retrouve sa voix impeccablement mise en évidence. On en vient à penser que c’est la voix elle-même qui a les qualités requises

On a toujours avoué notre attachement à cette mélancolie du dancefloor mais c’est tellement difficile de réussir cet équilibre sans qu’il ne débouche sur une intensité faible ou de la démonstration de diva vocale. Ces pièges sont allègrement évités ici. Si la base est un peu house, elle avoue un penchant pour la dance des années 90 et 2000 qu’on retrouve aussi ici. Sur Did I c’est même assez frontal comme référence mais même quand les bpm montent, les grosses basses ne sont pas convoquées. Tant qu’on est à évoquer des références plus lointaines, la ressemblance avec certains moments d’Everything But The Girl n’est pas du tout fortuite.

Il faut dire que la production est assez prestigieuse, entre Stuart Price et Fred Again sur l’irrésistible Strong, il y a aussi la prometteuse Avalon Emerson ou la légende Brian Eno. Jamie XX est présent sur l’euphorique Enjoy Your Life qui utilise un sample de Beverly Glenn-Copeland. L’autre temps fort de l’album est proposé d’emblée avec un Loveher qui décolle immédiatement. Si le reste n’est pas aussi frappant, elle a le bon goût de varier les plaisirs sans jamais se tromper, passant de la house baléarique de The Sea au piano disco de She’s On My Mind en passanrt par le beau gimmick pointilliste de Weightless. Après les réussites de Jamie XX et Oliver Sims, Romy Madley Croft confirme elle aussi que seule ou en bande, il faudra compter sur elle.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)