Accueil > Critiques > 2023

Magnetic Rust - Reject

lundi 2 octobre 2023, par marc


Un peu de distraction et hop, on laisse passer deux albums. C’est ce qui est arrivé depuis La Chute de Magnetic Rust, nom de guerre du Nordiste Kevin Depoorter. On peut le déclarer maintenant, on ne laissera plus passer l’occasion. Parce que cet album confirme tout ce qu’on en pensait tout en complétant son univers.

Lequel n’est pas si facile à cerner d’ailleurs. Si ce n’est pas frontalement de l’EBM, il y a une pulsation plus martiale sur Violence, c’est ce côté plus franc du collier qui plait spécialement. Mais ce n’est pas seulement un album avec des visées dancefloor, on retrouve comme sur ses prédécesseurs des plages plus atmosphériques. Space Territory par exemple semble plus marqué par des sons du Pink Floyd du milieu des années ’70. Mais sans se départir de cette pulsation mécanique. C’est une brillante façon de maintenir l’intensité tout en variant les climats. L’inévitable mélancolie de la transe robotique même si les progressions d’accords mineurs sont moins de mise que chez Vitalic.

La maitrise bluffante des synthés analogiques propose une remarquable densité dès Television et ce petit supplément de force peut se décliner à l’envi, incorporant des petits gimmicks glitch à Violence ou en ne reculant pas devant un aspect plus brillant sur Animal. Arriver à décliner son style dans des contextes aussi variés sans jamais perdre le fil n’est pas la plus mince performance de cet album de Magnetic Rust. Non, on ne ratera plus jamais ses albums.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)