Accueil > Critiques > 2023

Caleb Nichols - Let’s Look Back

lundi 30 octobre 2023, par marc


L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa quatrième sortie sur l’excellent label Kill Rock Stars revient à un format plus habituel, à savoir une liste de chanson pop qu’il maitrise si bien.

Il revient donc à un format classique, à savoir un album simplement constitué d’une suite de chansons. Normal quoi. Et on ne peut que se réjouir, c’est franchement son point fort et convient toujours bien à sa voix qui garde ses accents d’Elliott Smith. Wicked est le seul morceau qui figurait déjà sur ses parutions précédentes et il se fond ici au reste. Tout fonctionne sans coup férir même si le genre réclame des morceaux qui sortent du lot. Par exemple The Absolute Boy en chanson-toboggan. Logiquement, ça fonctionne mieux avec la vitesse même si l’intensité reste là même avec un tempo ralenti. Il vire alors vers une power-ballad qui garde du jus (Don’t You Ever, Blue Sky Blue). The Wires est quant à lui plus étoffé encore et présente une vraie belle montée.

Peut-être libéré de certains traumatismes par la catharsis de ses exercices précédents, Caleb Nichols revient avec une envie grosse comme ça et un album pop en diable. Si ce pop-rock indé a un peu perdu de son lustre en tant que genre, il reste quelques afficionados doués qui peuvent ressusciter ces morceaux catchy en diable.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)