Accueil > Critiques > 2023

Animal Collective – Isn’t It Now ?

mercredi 1er novembre 2023, par marc


A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages psychédéliques excités de leurs années les plus influentes. Cet album-ci se présente comme son prolongement et on peut entendre ici une ‘vraie’ batterie, nécessaire aux revirements de Genie’s Open.

C’est un album qui prend un peu plus son temps en tous cas, ce qui pourra aussi rebuter et en atténue sans doute la diffusion. Et s’enquiller un morceau de 22 minutes en milieu d’album est un choix personnel. Il y a évidemment moultes variations là-dedans mais ça réclame quand même un investissement non négligeable de la part de l’auditeur, ce qui est une constante chez eux même s’ils ont aussi quelques singles brillants à leur actif.

En parlant de forme classique, on lorgne parfois du côté du Pink Floyd des tout débuts (Genie’s Open). Ils n’ont pas peur des changements de braquets en tous cas, avec des morceaux qui s’arrêtent et repartent comme Magicians of Baltimore. On rencontre donc de ‘vraies’ chansons comme Stride Rite mais si elles tiennent la route, elles gardent leur étrangeté intrinsèque.

Sans doute que cette formation culte n’a pas beaucoup de nouveaux auditeurs, mais il serait curieux d’avoir la réaction de ceux qui les découvrent maintenant sans les 20 ans d’accoutumance accumulées par les vétérans qu’on est devenus. Présenté comme un prolongement de Time Skiffs, cet album confirme le changement de cap opéré par le groupe de Baltimore et même s’il ne dégage pas sur toute sa longueur du même potentiel d’émerveillement, il témoigne de la volonté de ce collectif de ne jamais se laisser se scléroser.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Animal Collective – Isn’t It Now ? 2 novembre 2023 15:19, par Laurent

    C’est vrai qu’il y a un côté "Piper at the Gates of Dawn" sur ce disque. Il faut en effet avoir le cœur bien accroché pour se dire : allez, je m’enfile les 22 minutes de Defeat, mais une fois qu’on est dedans, c’est comme un vieux chandail à l’odeur rassurante.

    repondre message

    • Animal Collective – Isn’t It Now ? 3 novembre 2023 08:39, par marc

      Si on nous avait dit il y a 20 ans qu’Animal Collective serait ’confortable et rassurant’. Mais ça fait toujours plaisir de les retrouver en forme. Et les morceaux de 22 minutes, ce n’est jamais facile de s’y lancer.

      repondre message

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé. (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)