Accueil > Critiques > 2023

Animal Collective – Isn’t It Now ?

mercredi 1er novembre 2023, par marc


A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages psychédéliques excités de leurs années les plus influentes. Cet album-ci se présente comme son prolongement et on peut entendre ici une ‘vraie’ batterie, nécessaire aux revirements de Genie’s Open.

C’est un album qui prend un peu plus son temps en tous cas, ce qui pourra aussi rebuter et en atténue sans doute la diffusion. Et s’enquiller un morceau de 22 minutes en milieu d’album est un choix personnel. Il y a évidemment moultes variations là-dedans mais ça réclame quand même un investissement non négligeable de la part de l’auditeur, ce qui est une constante chez eux même s’ils ont aussi quelques singles brillants à leur actif.

En parlant de forme classique, on lorgne parfois du côté du Pink Floyd des tout débuts (Genie’s Open). Ils n’ont pas peur des changements de braquets en tous cas, avec des morceaux qui s’arrêtent et repartent comme Magicians of Baltimore. On rencontre donc de ‘vraies’ chansons comme Stride Rite mais si elles tiennent la route, elles gardent leur étrangeté intrinsèque.

Sans doute que cette formation culte n’a pas beaucoup de nouveaux auditeurs, mais il serait curieux d’avoir la réaction de ceux qui les découvrent maintenant sans les 20 ans d’accoutumance accumulées par les vétérans qu’on est devenus. Présenté comme un prolongement de Time Skiffs, cet album confirme le changement de cap opéré par le groupe de Baltimore et même s’il ne dégage pas sur toute sa longueur du même potentiel d’émerveillement, il témoigne de la volonté de ce collectif de ne jamais se laisser se scléroser.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Animal Collective – Isn’t It Now ? 2 novembre 2023 15:19, par Laurent

    C’est vrai qu’il y a un côté "Piper at the Gates of Dawn" sur ce disque. Il faut en effet avoir le cœur bien accroché pour se dire : allez, je m’enfile les 22 minutes de Defeat, mais une fois qu’on est dedans, c’est comme un vieux chandail à l’odeur rassurante.

    repondre message

    • Animal Collective – Isn’t It Now ? 3 novembre 2023 08:39, par marc

      Si on nous avait dit il y a 20 ans qu’Animal Collective serait ’confortable et rassurant’. Mais ça fait toujours plaisir de les retrouver en forme. Et les morceaux de 22 minutes, ce n’est jamais facile de s’y lancer.

      repondre message

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)