Accueil > Critiques > 2023

Glauque – Les Gens Passent Le Temps Reste

lundi 6 novembre 2023, par marc


Pendant plusieurs années, on a pris l’habitude de croiser des morceaux de Glauque, à un tel point qu’on était persuadés que ce premier album n’en était pas un. Mais entre recevoir un morceau percutant de temps en temps et enchainer autant d’upercuts d’un coup, il y a tout de même une fameuse marge.

Evidemment, le champ lexical de la boxe n’est pas facile à éviter ici. ‘Album coup-de-poing’ est un poncif dont on ne fera pas l’économie. Parce qu’écouter Glauque, c’est fréquenter le Fight Club, c’est prendre des mandales pour se sentir vivre. Et puis il y a chez le quatuor namurois cette énergie vitale et cette maitrise en même temps. Cet album n’est pas un cri de colère. Introspectif certes, mais sans auto-flagellation ni egotrip. Et puis on ne sait pas si on doit les suivre en soirée. Noir est un morceau qui semble inéluctable dans son intensité qui s’installe sans que rien ne puisse l’arrêter, comme ces soirées qui se déglinguent à vue d’œil sans qu’on ne puisse rien y faire.

A l’opposé, ils peuvent aussi pousser un monologue père/enfant potentiel poussé dans ses derniers retranchements avec Rance. Et puis surtout, ce faux lyrisme est appuyé par un son inspiré. Cette maitrise peut placer les ambiances avec très peu de choses. Pas de luxuriance à l’horizon pourtant on serait en peine d’ajouter le moindre élément. Que ce soit dans des approches un peu claustrophobiques (Ego) ou de lendemain de fin du monde (Bleu.e).

Mais ce n’est pas un album monochrome. Surtout qu’en bons manieurs de caresse et de claque, il y a des surgissements assez irrésistibles. Le gros déboulement sur Pas Le Choix se ressent comme un drop dans le plexus, Ego décharge aussi sa tension à coups de décibels ciblés. On s’approche plus de la classe poussée d’un The/Das que de ce qu’on peut entendre en hip-hop francophone. On distingue tout au plus un petit filet d’autotune sur Noir comme marqueur d’un genre qu’il est de toute façon compliqué à définir.

Œuvre puissante et singulière, ce premier (et dernier ?) album de Glauque bouscule beaucoup de choses sur son passage, et le silence qui suit l’auditeur dévasté, c’est encore du Glauque.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Glauque – Les Gens Passent Le Temps Reste 6 novembre 2023 14:50, par Laurent

    Superbe chronique d’un disque qui le mérite et d’une époque qui l’a trop logiquement enfanté. Rance est vraiment un morceau traumatisant et il y en a d’autres sur cet album qui cogne en effet très fort.

    Juste une précision : au dernier décompte, il me semble qu’ils étaient encore quatre.

    repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître. (...)