Accueil > Critiques > 2023

Odyssée - Arid Fields

jeudi 7 décembre 2023, par marc


La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui permet de jouer dans des endroits qui seraient a priori inaccessibles à cet instrument.

Parce que si on connait une vague assez revigorante d’artistes jouant des synthés analogiques, le résultat est souvent plus robotique, urbain. Citons le bel album récent de Magnetic Rustpar exemple. Mais si l’impression d’espace est manifeste, ce n’est évidemment pas champêtre.

Pas de field recording au programme donc, mais une franche attaque qui propulse Erode, morceau euphorique en diable. Il propose aussi du spectacle sur Cast Off. Et quand Ultraviolet Night est plus abstrait, ce n’en est pas contemplatif pour autant. Bref, Odyssée profite de la possibilité de jouer en plein air pour donner du souffle à sa musique.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Odyssée - Arid Fields 9 décembre 2023 12:05, par Laurent

    Je vois, ou plutôt j’entends ce que tu veux dire. En effet, le retour des vieux synthés nourrit généralement des choses moins amples, plus serrées. Ici, cet espace qui pénètre mieux la musique est certes bienvenu, mais je ne peux m’empêcher d’imaginer malgré tout de vieilles B.O. de série B à la Miles Goodman (Footloose, Teen Wolf...). Et du coup, le problème vient du manque d’images ; je trouve que ça marcherait parfaitement dans un film un peu arty de type coming-of-age, mais sans l’accompagnement il y a un côté plus fugitif. J’ai pas vraiment imprimé (hormis les deux titres un peu plus nerveux).

    repondre message

    • Odyssée - Arid Fields 10 décembre 2023 15:20, par marc

      Oui c’est vrai qu’on note un retour de musiques du genre en support d’audiovisuel. Si je me souviens bien (mais je ne remets plus le lien dessus), il a également tâté de l’image, ce qui semble logique...

      repondre message

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)