Accueil > Critiques > 2023

Odd Beholder – Feel Better

vendredi 1er décembre 2023, par marc


On aime atteindre ce stade de familiarité avec un.e artiste qui devient sa propre référence. C’est ce qui arrive avec ce nouvel album de la Suissesse Daniela Weinmann. On a bien appréhendé son style finalement deux petites années se sont écoulées depuis Sunny Bay et on a toujours gardé la Zurichoise dans un coin de notre tête.

De quoi directement se concentrer sur le contenu, ses sujets toujours intimes. Rifle Club est magnifique de ce léger désenchantement. Le détail de la vie provinciale est glaçant et on sent son sens de l’observation bien acéré. Les relations dans une famille traditionnelle et un peu toxique ressortent sur Dog Like Me, ce qui la pousse même dans une forme presque hip-hop. C’est d’ailleurs le cœur de cet album, une sorte de retour dans le temps, dans ce qu’on pu être pour elle les années ‘90 qui ont vu le développement de sa personnalité. Le point de départ de ce voyage temporel est d’ailleurs le décès assisté de son grand-père, qui est relaté dans le poignant Woolen Sweater.

Poignant peut-être mais surtout fondant dans la forme, parce que formellement cet album est une fois encore brillant, variant le fond mais aussi la forme entre la douceur de Dirty Secrets et le plus rentre-dedans Just Because I Regret it. Sa voix est un peu fragile mais convient tellement au contexte et à ses chansons. On en a la démonstration par l’absurde quand on constate être moins touché par la voix masculine de Patchwork Girl.

La forme impeccablement malléable peut donc prendre les contours du propos ou au contraire se poser en contrepoint. Bref, après trois albums non seulement [Odd Beholder est sa seule référence, mais on espère surtout qu’elle fasse école.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Odd Beholder – Feel Better 2 décembre 2023 09:26, par Laurent

    Et moi qui pensais qu’on allait voir les sorties ralentir en cette fin d’année... il s’avère qu’il y a encore de chouettes choses à rattraper. "Sunny Bay" avait laissé sa marque, et c’est gai de retrouver cette Suissesse qui ne fait rien pour en mettre plein la vue mais propose néanmoins un produit de qualité. Je sais que malgré son aspect un peu uniforme, ceci va se bonifier au fil des écoutes.

    repondre message

    • Odd Beholder – Feel Better 4 décembre 2023 07:47, par marc

      C’est officiellement moins chargé, les albums reçus maintenant sortent tous en 2024.

      En effet, c’est un album de garde et qui grandit au fil des écoutes. Ce n’est jamais flashy mais toujours impeccable.

      repondre message

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)