Accueil > Musique > 2006 > Tiga : Sexor

Tiga : Sexor

mercredi 23 août 2006, par Fred


Sur papier cet album part très bien. Tiga, DJ canadien, s’adjoint le frères Dewael à la production pour nous livrer un album mixant, balades, tueries de dance-floor et chansons aux saveurs 80’s. On peut dire que ça marche en bonne partie. Les premières chansons qui suivent l’intro font mouche. On trouve le gentillet (Far From) Home, l’extrêmement efficace You Gonna Want Me et High School qu’aurait pu chanter Dave Gahan.

La suite part un peu plus en vrille. On a alors quelques morceaux fortement orientés pour les dance-floor, entre 2 et 4h du matin, (Pleasure from the bass). Mais bon, toujours fortement écoutables et même bien foutus (Good as Gold).

Là où les poils commencent à se hérisser, c’est quand arrivent les balades électro : Car, autant les Pet shop Boys à leur grande époque ont pu faire des choses à la fois calmes, intelligentes et drôles, autant Depeche Mode a pu (et nous a prouvé qu’il pouvaient encore) faire des albums aux rythmes lents, pesants mais toujours intenses ; autant ici, ne ressort que le côté kitsch de la chose. La vacuité des paroles apparaît dés que les rythmiques ralentissent et s’effilochent etdés que les accompagnement baissent le ton (Balad of sexor, Down in it).

On notera une reprise électro sous acide du Burning down the House des Talking Heads. Divertissant.

Au total, cet album sera à conseiller à ceux qui ont aimé la musique des années 80 et à qui de nouvelles chansons copie calque de Pet Shop Boys, Soft Cell et Depeche Mode feront plaisir. On ne pourra dans tous les cas que difficilement excuser 3 balades au gout douteux.

Par contre ceux qui espèrent écouter l’album electro de l’année sur base du single "You gonna want me" risqueront d’être surpris par le mélange des genres. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)