Accueil > Critiques > 2006

The Knife : Silent Shout

lundi 28 août 2006, par Seb


Parfois on n’arrive pas à se dépêtrer. Parfois on appelle à l’aide. Et parfois même on vous vient en aide. Merci dont à Seb pour être arrivé à parler d’un album que je vais donc me borner à continuer d’écouter.

Olof Dreijer and Karin Dreijer Andersson nous livrent ici leur 3eme opus. Dès la 1ère écoute, on ne peut s’empêcher d’être attiré par un son très electro dark mais en même temps très loin des hits dance-floor. Le synthé vintage diffuse de la mélodie ultra simple mais très efficace sans tomber dans le minimal. Le son rappelle quelques tracks trance mais pas la trame, on note toutefois une ressemblance entre la plage titulaire et Abusator de Sweetlight, le côté ’je mets les bras en l’air dans les montées’ en moins. Des nappes bien senties font virvolter l’ensemble.

La voix de Karin, que l’on a pu entendre dans le featuring avec Royksopp avec What else is there ? est soupoudrée dans vocodeur qui donne un ton à la fois décalé par rapport aux mélodies mais cohérent.

Le frérot donne la réplique vocale sur le très osé rythmiquement ’We Share Our Mother’s Health’ ou bien encore ’One Hit’. On se perdra volontiers dans ’The Captain’ ou ’Na na na’ qui fleurent bon les étendues blanches et les lacs de Suède.

Le tout est soutenu par des percussions aux goûts de 808 qui évoluent lentement comme les nappes sans jamais finir dans l’ennui.
Avec un peu de recul on pourrait croire que cet album est fait de quelques notes... et c’est le cas ! Chaque morceau semble être en équilibre et ne tenir qu’à un fil mais la cohérence de l’album prouve qu’il ne s’agit pas d’un coup d’inspiration passager mais d’un réel talent.

Bref cet album surprend agréablement par le mélange des genres et prouve que son electro et vocaux peuvent rimer avec poésie et légèreté. (S.)

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)